Côte d'Ivoire : Charles Blé Goudé condamné à 20 ans de prison et 10 ans d'inéligibilité

  • Source: jeuneafrique.com
  • Date: mar. 31 déc. 2019
  • Visites: 1949
  • Commentaires: 1
Charles Blé Goudé a annoncé lundi avoir appris sa condamnation à vingt ans de prison par la justice ivoirienne lors d'une audience à Abidjan le même jour. L'ex-chef des Jeunes patriotes ivoiriens a également été condamné à 10 ans de privation de ses droits civiques.

Selon Charle Blé Goudé, joint par téléphone à La Haye où il est en liberté conditionnelle après son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), la justice ivoirienne l'a condamné par contumace à « 20 ans de prison, 10 ans de privation de ses droits civiques, 200 millions de francs CFA » (300 000 euros) de dommages et intérêts à verser aux victimes.

Le tribunal a en outre délivré un mandat d'arrêt contre lui, a-t-il par ailleurs affirmé, se disant « surpris par ce verdict », prononcé sans la présence d'un avocat.

Il était accusé par la justice ivoirienne d' »actes de torture, homicides volontaires et viol », avaient indiqué ses avocats le 18 décembre, jour où son procès devait s'ouvrir.

L'un de ses avocats, Me Suy Bi Gohoré, avait alors affirmé que le président du tribunal criminel d'Abidjan avait « retiré l'affaire du rôle » dans l'attente de l'examen d'un pourvoi en cassation formulé par lui, fondé sur l'absence de l'accusé et sur d'autres vices de forme dans la procédure.

Les avocats avaient dénoncé une « violation flagrante » des droits de Charles Blé Goudé, du fait de son impossibilité à assister à son procès. Ils n'étaient pas joignables dans l'immédiat lundi soir.

Blé Goudé avait été transféré par les autorités ivoiriennes à la CPI en 2014. Avec son ancien mentor, l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, il a été jugé pour crimes contre l'humanité. Tous deux ont été acquittés début 2019 et placés en liberté conditionnelle dans l'attente de l'examen de l'appel formulé par la procureure de la CPI.

Charles Blé Goudé ne peut pas rentrer en Côte d'Ivoire tant que la procédure n'est pas terminée.

« Général de la rue »

Son parti, le Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples, avait dénoncé un « harcèlement politique contre son président ».

L'ancien « général de la rue », ains (...)

Lire la suite sur jeuneafrique.com


Laurent Gbagbo Charles Blé Goudé Côte d'Ivoire Abidjan La Haye Cour pénale internationale CPI mandat d'arrêt procès ivoiriens




Educarriere sur Facebook