Allou Eugène (Membre du conseil politique du RHDP) : « J'attends un jour que le président Gbagbo dise que je l'ai trahi »


« Tout ne se limite pas à la politique dans les rapports humains », dit l’ancien ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Cameroun.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 16 oct. 2019
  • Visites: 2378
  • Commentaires: 0
L'ancien directeur du protocole d'État (2002-2008), longtemps collaborateur de Laurent Gbagbo, Allou Wanyou Eugène, s'est prêté aux questions de L'inter, en marge d'une cérémonie de consolidation de la cohésion sociale dans son village de Bougrou (Gagnoa). La cérémonie, organisée par la direction régionale de la jeunesse, était parrainée par la secrétaire d'État, Aimée Zebeyoux. M. Allou, actuel inspecteur des Affaires étrangères au département central, assume son départ du Front populaire ivoirien (Fpi) pour le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp).

Que représente, pour vous, cette cérémonie de consolidation de la cohésion sociale ?

Cet événement représente beaucoup pour moi, parce que c'est ce travail que nous faisons ici au quotidien. Vous avez vu que la population est hétéroclite, avec des Baoulé, des Sénoufo, des Malinké ainsi que nos parents de la Cedeao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, ndlr) qui vivent avec nous depuis plusieurs décennies. Nous vivons dans une parfaite harmonie et je suis heureux que cela soit constaté par des autorités qui ne sont pas d'ici. C'est à elles de dire ce qu'elles ont vu, mais moi, je suis très heureux parce que cela va dans le sens de notre mission de tous les jours, lancée par le président de la République. Il faut la cohésion sociale dans les villes et villages, afin que la Côte d'Ivoire puisse retrouver la paix et le développement.

Quelles seront vos premières actions pour la consolidation de cette cohésion sociale, après le message de la secrétaire d'Etat ?

Elle a donné un bon message, la répétition étant pédagogique. Elle a dit quelque chose de vrai. Voter est un droit, mais que chacun accepte les résultats sortis des urnes. C'est comme un match de football, c'est un jeu. Certains l'appellent jeu politique. Les élections, pour un pays, sont fondamentales, mais ce que nous recherchons, est que, pour cette fois, nous n'ayons pas à connaître ce que nous avons vécu en 2010-2011. Nous n'avons pas besoin que les gens soient forcément de notre avis politique, mais l'essentiel est que nous soyons d'accord pour le développement de notre pays. Il ne faut donc pas arriver à la bagarre, car quand vous y arrivez, on détruit tout et on reprend à zéro. Que les populations pensent à leur futur. Les hommes passent, le pays demeure. C'est le message à la jeunesse de ce pays.

A un an de la présidentielle, comment va votre parti, le Rhdp, à Gagnoa ?

Tous les partis qui vont à une élection espèrent gagner. Je suis membre du conseil politique. Je suis responsable du protocole. Je suis fier d'y être. Je mets mon expérience au service du Rhdp. Nous faisons tout cela pour la victoire du Rhdp. Le président a lancé un appel à tous les partis politiques, de venir intégrer le Rhdp, et même les Ivoiriens individuellement. Le but de ce rassemblement, c'est de gagner les élections dans la paix. Si nous sommes nombreux à gagner la paix, qui ira contre son ami. Donc, c'est pour cela que nous avons adhéré au projet. Je suis vice-président de Concorde et Alcide Djédjé en est le président. Nous avons trouvé que c'est en travaillant avec le Rhdp, qu'on peut participer à une belle victoire qui ne nous ramènera pas aux années antérieures. Je suis conscient que le Rhdp va gagner, mais que les élections se passent dans la discipline et qu'à la fin, le vaincu félicite le vainqueur.

Guéméné Alfred (secrétaire général adjoint Fpi) a déclaré que si Affi N'guessan ne part pas au second tour, ils appelleront à voter le Rhdp. Que dites-vous ?

Mais c'est l'appel que le président de la République lance.

Est-ce logique selon vous ?

La logique vient de leur analyse. Nous allons au premier tour. Et nous voyons que si on soutient tel parti politique, nous allons gagner. Puisque c'est la victoire qu'on recherche, il faut choisir celui avec qui on peut gagner. On a vu cela avec le Pdci en 2010, qui a soutenu le Rdr et ensemble ils ont formé le Rhdp pour gouverner. Donc, si Affi veut soutenir le candidat de sa préférence, c'est son droit.

Certains de vos anciens amis vous considèrent comme des traîtres : vous êtes partis du Fpi pour le Rhdp. Que répondez-vous ?

Je leur dirais que le président Gbagbo a reçu le président Bédié à Bruxelles.

Selon vous, vous avez fait le bon choix en intégrant le Rhdp ?

C'est une h (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Bédié Laurent Gbagbo Affi N'guessan Alcide Djédjé football Pdci Rhdp Front populaire ivoirien Fpi Rassemblement Côte d'Ivoire Gagnoa Baoulé Malinké Sénoufo Afrique de l'Ouest Bruxelles présidentielle candidat élections




Educarriere sur Facebook