Appel contre l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé : Révélations sur des divergences à la CPI, des collaborateurs de Bensouda n'étaient pas d'accord avec elle


Fatou Bensouda a refusé de suivre ses collaborateurs qui voulaient que le dossier Gbagbo et Blé Goudé soit refermé.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 20 sept. 2019
  • Visites: 2362
  • Commentaires: 0
Fatou Bensouda dénonce des vices de procédure et reproche aux juges d'avoir trop sévèrement évalué les preuves déposées lors des trois années de procès concernant la crise ivoirienne. La procureure de la Cour pénale internationale (Cpi) a contesté, lundi 16 septembre, l'acquittement prononcé le 15 janvier en faveur de l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, et de l'ancien chef des Jeunes patriotes, Charles Blé Goudé. Fatou Bensouda demande l'annulation de la décision et la relance du procès, dénonçant des vices de procédure et reprochant aux juges d'avoir trop sévèrement évalué les preuves déposées lors des trois ans de procès.

Deux des trois juges avaient dénoncé « l'extrême faiblesse » du dossier de l'accusation, reprochant à la procureure d'avoir déformé la réalité de la crise ivoirienne pour mieux servir sa thèse. Celle selon laquelle les deux Ivoiriens auraient commis des crimes contre l'humanité lors de la crise qui avait suivi la présidentielle de 2010, et mis en œuvre une politique d'Etat visant à conserver le pouvoir en ciblant les partisans d'Alassane Ouattara, devenu depuis chef de l'Etat. La troisième juge, minoritaire, s'était, elle, opposée à l'acquittement.

Comme depuis le début de cette affaire, ce nouveau rebondissement a suscité des divergences à la Cpi et, cette fois, au sein même du bureau du procureur, rapportent plusieurs sources, certaines estimant préférable de refermer le dossier. Mais Fatou Bensouda a tranché autrement. Pour Eric-Aimé Semien, président de l'Observatoire ivoirien des droits de l'homme (Oidh), « si elle décide de faire appel, il faut que la procureure ait suffisamment d'arguments pour que justice soit faite. Elle ne peut pas se permettre de poursuivre une procédure qui aboutirait à une même décision d'acquittement ». Il dénonce « huit années perdues, pour des enquêtes qui n'ont pas abouti et pour les victimes ».

De son côté, l'avocat de Laurent Gbagbo, Emmanuel Altit, explique avoir « anticipé la décision » de la procureure, qui porte sur des questions procédurales. L'accusation a désormais jusqu'au 15 octobre pour présenter son mémoire, auquel les avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devront répondre le 16 décembre au plus tard. Les textes de la Cour n'imposent en revanche aucun délai aux juges pour rendre leur arrêt. En attendant, l'ex-président ivoirien et l'ancien chef des Jeunes patriotes sont toujours soumis aux conditions imposées par la Cour depuis leur sortie de prison, le 1er février. Laurent Gbagbo réside à Bruxelles et ne peut quitter la capitale belge sans l'autorisation des juges. Quant à Charles Blé Goudé, il est toujours à La Haye, faute d'avoir obtenu le feu vert d'un Etat pour l'accueillir le temps qu'un jugement définitif soit prononcé.

 La présidentielle de 2020 dans les esprits

Pour les partisans de Laurent Gbagbo et les cadres de son parti, le Front populaire ivoirien (Fpi), qui, depuis son acquittement en première instance, le 15 janvier, n'attendaient que le retour du « Christ de Mama », son village natal en Côte d'Ivoire, l'appel de la procureure est un coup dur, vécu comme un contretemps (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Charles Blé Goudé Emmanuel Altit Fatou Bensouda Front populaire ivoirien Fpi Côte d'Ivoire Haye Bruxelles Cour pénale internationale Cpi présidentielle



Educarriere sur Facebook

Magazine