Intégration de l'enfant né hors mariage : Le projet de loi divise les Ivoiriens


Le projet de loi sur les enfants nés hors mariage divise.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 11 mai 2019
  • Visites: 1665
  • Commentaires: 1
Les lois sur la famille datent pour l'essentiel de l'année 1964. Le gouvernement ivoirien a décidé de les changer en profondeur afin de répondre aux exigences de l'égalité homme-femme et d'une protection plus accrue de l'enfant mineur. En ce qui concerne par exemple le projet de loi relatif à la filiation, dorénavant l'enfant adultérin (enfant né hors mariage) a les mêmes droits que l'enfant légitime ou naturel. Contrairement au texte présentement en vigueur dans le pays qui souligne que pour qu'un enfant soit reconnu par le père adultérin, il faut l'accord préalable de la conjointe, le projet de loi sur la filiation établit que désormais, le conjoint n'aura qu'à notifier à l'épouse légitime la filiation de l'enfant. Ce projet de loi divise les Ivoiriens.

N'Dri Brou Daniel, consultant formateur en hôtellerie

«  Pour moi, il n'y a aucun inconvénient »  

Pour moi tout dépend de l'entente. Si le couple s'entend, il n'y a pas de raison que l'enfant né hors mariage n'intègre pas la famille. Parce dans tous les cas, l'enfant fera tout pour rejoindre son père. Donc, il vaut mieux l'accepter, il n'y a aucun inconvénient.


Mlle Monton Marie-Laure, commerçante

«  C'est normale, je suis d'accord »

C'est normal que l'enfant hors mariage ou adultérin vienne vivre en famille. Je suis d'accord avec ce projet de loi. Pour qu'il y ait l'harmonie dans le couple, je vais aimer tous les enfants de mon mari sans distinction. Je dois aimer cet enfant comme s'il est mien.


Mr Kouakou Kouadio Arman, en quête d'emploi

«  Je vais m'occuper de cet enfant à distance »

De toutes les façons, le mal est déjà fait. Tu aimes mon enfant ou bien tu m'aimes moi seul. Si l'Etat de Côte d'Ivoire aime les enfants, elle n'a pas le choix. Personnellement, moi je vais négocier avec madame si elle peut accepter mon enfant. Ce ne serait pas non plus mauvais que l'enfant conçu hors mariage reste avec sa génitrice et que l'homme s'en occupe à distance.


Mr Yapo Sébastien, fonctionnaire à la retraite

«  L'application sera difficile »

Il faudrait une sensibilisation de nos femmes. C'est un grand problème. Sinon c'est une bonne loi mais elle sera difficile à l'application. Il faut informer son épouse de l'existence de cet enfant et savoir négocier pour éviter les problèmes. Ce sont ces genres de situations qui entraînent aujourd'hui les enfants de la rue, conséquence de la maltraitance. Des mamans qui maltraitent les enfants de leurs rivales lorsque le mari est absent. C'est difficile, c'est invivable. Il est préférable de laisser l'enfant chez sa mère biologique et au père de faire la navette. Mais pour la sécurité de cet enfant adultérin, les deux mamans (génitrice et épouse de son père) doivent s'entendre.


Mlle N'guessan Hélene, étudiante

« Dehors, l'enfant n'est pas en sécurité »

L'enfant est innocent, dehors il n'est pas en sécurité. Avec les autres (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire gouvernement emploi projet de loi fonctionnaire Ivoirien




Educarriere sur Facebook