Séjour sous conditions de l'ex-président ivoirien en Belgique : La CPI réagit à l'affaire de l'expiration du Visa de Gbagbo

  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 09 mai 2019
  • Visites: 1837
  • Commentaires: 0
L'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, avait bénéficié, dans le cadre de sa libération sous conditions par la Cour pénale internationale (Cpi), intervenue vendredi 1er février 2019, d'un visa belge de type C. Ce sésame lui donnait un droit de séjour de 90 jours sur le territoire Belge. C'est ce visa qui lui a d'ailleurs permis, mardi 5 février 2019, de fouler le sol de ce royaume. Après trois mois de présence en Belgique, que va-t-il se passer pour l'ex-détenu de la prison de Scheveningen à La Haye ?

Pour en savoir davantage, nous avons envoyé, par mail, lundi 6 mai 2019, un questionnaire au Porte-parole de la Cpi, Fadi El Abdallah. 

Comme réponse, il nous a signifié qu'«il s'agit d'une procédure normale concernant le permis de séjour en Belgique, qui est renouvelé tous les 3 mois ». Et, d'ajouter que « le greffe de la Cpi est en contact avec les autorités belges, de façon régulière, et est confiant que ce permis sera renouvelé ».

En clair, Fadi El Abdallah a affiché son optimisme quant au renouvellement du visa Belge de Laurent Gbagbo.

Il reste cependant à savoir combien de temps, durera son séjour sous conditions en Belgique. M. Gbagbo attend, avec sa défense, de voir si la procureure de la Cpi, Fatou Bensouda, fera appel une fois qu'aura été remis le jugement d'acquittement par écrit. Cuno Tarfusser et ses collègues de la Chambre de première instance I avaient rendu une décision orale, le mardi 15 janvier 2019, acquittant Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de crimes contre l'humanité. Mais, il leur a été demandé de déposer, par écrit, leur décision.

« Une décision dûment motivée sera rendue par écrit en temps voulu. Le procureur peut faire appel de la décision, après le dépôt de la décision motivée », indiquait la Cpi, le mardi 15 janvier 2019, dans un communiqué de presse.

« Messieurs les juges Cuno Tarfusser (juge président) et Geoffrey Henderson, formant la majorité de la Chambre, ont noté le conflit politique violent ayant eu lieu dans le contexte de l'élection présidentielle de 2010, à Abidjan et dans d'autres parties du pays. Cependant, la majorité a considéré que le procureur n'a pas (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Laurent Gbagbo Charles Blé Goudé Fatou Bensouda Cuno Tarfusser Abidjan Belgique Haye Cour pénale internationale Cpi élection présidentielle




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour