L'activiste Kemi Seba à Abidjan pour « mobiliser sur les questions relatives » à la souveraineté

  • Source: APA
  • Date: lun. 25 mars 2019
  • Visites: 1496
  • Commentaires: 1
L'activiste franco-béninois Kemi Seba, président de l'Organisation non gouvernementale (ONG) Urgences Panafricanistes, séjourne à Abidjan où il compte « mobiliser une partie de la population sur les questions de souveraineté », a-t-il confié, dimanche, à APA.

Chaque mois, explique-t-il, l'ONG Urgences Panafricanistes organise « une démarche bicéphale, des actions sociales dont des campagnes nationales de micro-crédits sans intérêts auprès des familles défavorisées à Cotonou, au Bénin et l'autre versant qui est politique. Ainsi chaque mois, Burkina Faso, Niger…nous mobilisons les populations sur les questions de néo-colonialisme  pour les sensibiliser sur le manque de souveraineté de nos pays. C'est dans ce cadre-là que nous sommes à Abidjan».

Sur l'agenda abidjanais du pourfendeur du franc CFA, figurent des conférences publiques sur cette monnaie que Kemi Seba qualifie de « scandale économico-politique d'ordre colonial » pour les pays de la zone franc du continent.

« Le franc CFA est un désastre monumental et monétaire pour le continent africain. C'est une machine à brouiller l'économie africaine, notamment celle francophone, favorisant ainsi, son sous-développement », a- t-il relevé.

Selon lui, « le système de la zone franc entraîne la faiblesse des échanges entre les économies des pays d'Afrique de la zone Franc et 15% d'échanges entre les pays de cette zone contre 60% au sein des pays de l'Union européenne. Les économies africaines de la zone franc d'où les banques rationnent en crédit et prêtent peu, souffrent de sous-financement chronique », a-t-il déploré.

L'activiste Kemi Seba, bien connu des tribunaux français, indexe les dirigeants africains  qui sont « plus obsédés par l'inflation que par la croissance économique », dénonçant « un droit de véto d'administrateurs français au sein des banques centrales africaines ».

Pour le Franco-béninois, « la politique monétaire de la France en Afrique impose aux banques centrales de la zone Franc à reverser 50% de leurs avoirs extérieurs au trésor pub (...)

Lire la suite sur APA


Abidjan France Afrique Burkina Faso Bénin Union européenne gouvernement franc CFA




Educarriere sur Facebook