Situation au FPI / Après le décès de Sangaré : Voici les dessous des dernières décisions de Gbagbo

  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 20 nov. 2018
  • Visites: 1398
  • Commentaires: 0
Trois raisons fondamentales, notamment politique, judiciaire et éthique, ont guidé la plume de Laurent Gbagbo, dans la rédaction du communiqué qu'il a rendu public, le vendredi 16 novembre 2018, signé en Po par le Secrétaire général, Dr Assoa Adou… La désignation de son épouse Simone Ehivet Gbagbo, comme intérimaire, par Laurent Gbagbo, aurait pu faire prendre, au parti qu'il a fondé, un caractère clanique, voire matrimonial. C'est l'une des raisons qui ont amené l'ex-chef de l'État à prendre la décision de mettre fin au mécanisme d'intérim suite à la disparition brutale de Sangaré Abou Drahamane, le samedi 3 octobre 2018, à Abidjan.

La décision de Gbagbo est donc guidée par l'éthique, selon l'un de ses proches avec qui nous avons échangé, dimanche 18 novembre 2018, par téléphone. « Après des séances de travail avec le président du Comité de contrôle, le camarade Hubert Oulaye et le Secrétaire général Assoa Adou, et dans un souci de rassemblement et de repositionnement du parti, j'ai pris les décisions suivantes. Il n'y a plus d'intérim. J'assume pleinement la direction du parti. Conformément à nos statuts, je déciderai de la convocation des réunions des instances statutaires, qu'il reviendra aux vice-présidents, dans le respect de l'ordre hiérarchique, de présider. La mise en œuvre des décisions, la gestion et l'administration du parti au quotidien continueront d'être assurées par le Secrétaire général du parti, le camarade Assoa Adou, avec lequel je suis en rapport constant », lit-on dans ce communiqué.

A relire: Que devient Simone Gbagbo ?

Notre source estime que la décision de l'ex-chef de l'État « a des motivations plus éthique que politique ». «Gbagbo n'est pas clanique. Il n'a pas voulu donner au Fpi une image clanique. Qu'elle aurait été la réaction des Ivoiriens s'il avait confié les rênes du Fpi à son épouse ? Simone est son épouse. Comment l'opinion aurait-elle accueilli la nomination de Simone, par son époux, à la tête du parti ? C'est pourquoi il a pris la sage décision de mettre fin à l'intérim. Il faut mettre quelquefois l'éthique dans la politique », a indiqué notre source, pour justifier la décision de Laurent Gbagbo, toujours détenu à la Cour pénale internationale (Cpi) et qui se trouve dans l'incapacité physique de diriger le Fpi.

Notre interlocuteur évoque, par ailleurs, la situation judiciaire de Simone Gbagbo «  poursuivie par la Cpi ». « Simone Gbagbo est poursuivie par la Cpi pour les mêmes accusations de crime que son époux ainsi que Charles Blé Goudé. Etant donné que ce sont les circonstances qui déterminent les actions politiques, il (Gbagbo) n'a pas voulu envoyer un mauvais signal aux juges de la Cpi… Les gens (Ndlr, le procureur de la Cpi) n'ont pas d'arguments contre Gbagbo. Ce n'est pas lui qui va leur donner un argument pour le maintenir en prison », a fait encore valoir ce cadre du « Parti de Gbagbo ».

La troisième raison qui a guidé la décision de Laurent Gbagbo est plutôt politique. Laurent Gbagbo, dans cette crise qui n'en finit pas de laminer le Fpi entre les « Gbagbo ou rien » (Gor) et le camp Affi N'Guessan, est présenté par les derniers comme étant le dénominateur commun de la division. Pour notre interlocuteur, en mettant fin à l'intérim pour prendre, lui-même, la tête du parti, il veut travailler au rassemblement dans la formation qu'il a fondée. Cela est d'autant perceptible dans la démarche de Gbagbo que dans son communiqué, il a fait mention « d'un souci de rassemblement et de repositionnement du parti ».

Mais, depuis la publication de ces décisions de Laurent Gbagbo, l'avenir politique de Simone Gbagbo est au centre de tous les commentaires. Un 3e front verra-t-il le jour ? Sommes-nous en face d'une mise sous éteignoir de Simone Gbagbo ? L'avenir nous situera…

 

Armand B. DEPEYLA

 

Légende : L'avenir politiq

Trois raisons fondamentales, notamment politique, judiciaire et éthique, ont guidé la plume de Laurent Gbagbo, dans la rédaction du communiqué qu'il a rendu public, le vendredi 16 novembre 2018, signé en Po par le Secrétaire général, Dr Assoa Ado (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Laurent Gbagbo Simone Ehivet Gbagbo Simone Gbagbo Affi N'Guessan Charles Blé Goudé Assoa Adou Fpi Abidjan Cour pénale internationale Cpi




Educarriere sur Facebook