Crise au BURIDA : La DG Assa Irène Vieira dénonce une cabale ; Des inquiétudes sur l'avenir de l'institution émises

  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 17 nov. 2018
  • Visites: 397
  • Commentaires: 0
La Directrice générale (Dg) du Bureau ivoirien du droit d'auteur (Burida), Assa Irène Vieira, a échangé, le jeudi 15 novembre 2018, avec la presse aux Deux-Plateaux. Une initiative de l'Union des journalistes culturels de Côte d'Ivoire (Ujocci), avec à sa tête son tout nouveau président Philip Kla.

Une tribune saisie par la Directrice générale de cette institution de gestion collective du droit d'auteur et des droits voisins, pour situer sur la crise qui secoue le Burida depuis quelques mois. « Aujourd'hui, nous abordons le développement du Burida et nous sommes encouragés par tous nos partenaires. Il n'est pas bon que pour de fausses accusations ou pour des textes qui sont lus à l'envers, tout soit mis à plat. Les artistes du Burida doivent se concentrer sur l'essentiel », a déploré Mme Vieira. Pour elle, cet essentiel découle d’enjeux sur lesquels doivent s’appuyer les artistes, à savoir celui du numérique et de la diffusion. Et de lever toute équivoque concernant sa gestion en précisant que contrairement à ce que l'on veut faire croire, le Burida est sorti de son déficit. « Depuis 2017, nous avons non seulement équilibré les comptes, mais nous avons fait un résultat excédentaire. Nous avons dégagé un excédent de 116 millions de FCFA », s'est-elle félicitée, battant en brèche les accusations de mauvaise gestion portées contre elle par ses détracteurs.

A relire: Crise au Burida : L’Inspection générale d’État va commanditer un audit

Cependant, la Dg du Burida n'a point été optimiste quant à la possibilité de réalisation en 2018 de l’embellie réalisée l’année précédente. A l’en croire, cette crise qui secoue le Burida est le fait de personnes tapies dans l’ombre, soutenues, dans leur campagne, par « une puissance et un réseau de communication». Et de regretter : « Toute cette affaire me peine beaucoup. Car, au moment où nous devenions une institution sérieuse avec un travail certifié par la Cisac, et des assurances avec la Rti, Canal Horizon et Star Times que nous allons assigner en justice, tous ces efforts sont en train de voler en éclats en moins de trois mois. D’ailleurs, depuis lors, le personnel est déçu de cette situation ». Pourquoi ne démissionnerait-elle pas de la direction générale du Burida, en dépit de t (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook