Alcide Djédjé fait des révélations : ''Gbagbo m'a dit, va chez Mangou, je vais retourner à Mama''

  • Source: fratmat.info
  • Date: jeu. 06 sept. 2018
  • Visites: 2139
  • Commentaires: 1

D’intermédiaire de l’ombre au plus fort de la crise postélectorale, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Alcide Djédjé, est passé acteur politique actif. Il a lancé hier, à Abidjan, le Concorde (Congrès pour la consolidation de la République et le développement ». Le diplomate entend oeuvrer à « neutraliser les clichés » avec ce « parti « tampon ». Et comme pour passer aux actes, le Concorde rejoindra la majorité présidentielle dénommée Rhdp unifié. Se confiant pour la première fois depuis la crise postélectorale de 2010, Alcide Djédjé s’est adressé, en des termes émouvants, à l’ancien président Laurent Gbagbo.

« La position que je prends aujourd’hui était la même position que tu avais en 2011. Souviens-toi, au Plateau, on était deux, tu m’as dit : va chez Mangou, je vais retourner à Mama. Allez avec les autres, pour former un gouvernement d’union. J’ai été voir Mangou. Il était un peu surpris. Il a dit qu’il voulait avoir le temps pour y réfléchir. Il n’a jamais eu le temps, puisque ceux qui ne voulaient pas que tu retournes à Mama ont pris le dessus. Tu as essayé quand même de continuer, d’aller directement à la réconciliation, dès 2011. Un discours a été préparé, pour accepter l’accord que proposait l’Union africaine, pour le gouvernement d’union. Tu te souviens, à l’époque, de ma position. C’est la même position que je continue d’avoir », a rappelé l’ancien ministre, transfuge du Fpi.

« Des militants très puissants ont imposé la position que tu as adoptée finalement, contre tout le gouvernement et nous autres(…) Aujourd’hui, tu portes le chapeau pour ceux qui avaient la position de raideur et qui ne voulaient pas aller à la réconciliation, qui ne voulaient pas signer les accords de l’Union africaine. Te connaissant, tu serais allé à Mama, parce que tu n’as rien à faire à la Cpi », a déploré Alcide Djédjé, qui a rendu hommage à un Laurent Gbagbo qu’il a rencontré sur le chemin politique en 1982.

« Quand j’étais à l’ambassade de France pour négocier le cessez-le-feu, Dogbo Blé (ndlr : ex-commandant en chef de la Garde républicaine) m’a appelé pour dire : tu es à l’ambassade de France, il faut leur dire, nous, on cesse les combats, on va faire le cantonnement. Tout ce qu’on a demandé, c’est que le président soit sécurisé, que sa résidence soit sécurisée. Au moment où l’Onuci (Opération des nations unies en Côte d’Ivoire) venait pour sécuriser la résidence, il y a certains qui ont titré. Ceux qui avaient des positions extrêmes ont pris le dessus. Mais, toi, je connais ta position. Et tu connais la mienne. Donc, entre nous, on ne peut jamais parler de traîtrise. Moi, c’e (...)

Lire la suite sur fratmat.info



Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook