Tensions avec Ouattara, RHDP, relations avec Bédié, présidentielle 2020,... : L'intégralité du grand déballage de Guillaume Soro sur RFI


Le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, sur le plateau du ''Débat d'Afrique'' de Rfi
  • Source: linfodrome.com
  • Date: dim. 22 juil. 2018
  • Visites: 3417
  • Commentaires: 0
Le Président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro, a accordé une interview conjointe le dimanche 22 juillet 2018 à la chaîne de radio internationale française (RFI) et à la chaine France 24. L'interview conduite par le journaliste de RFI, Alain Foka, a abordé différents thèmes dont la question du parti unifié, la réconciliation nationale et l'avenir politique de Guillaume Soro. L'intégralité de cet entretien.

Alain Foka : Sa parole est rare. A 46 ans, il est certainement depuis une vingtaine d'années, l'un des principaux acteurs de la vie politique, particulièrement tourmentée de la Côte d'Ivoire. Tour à tour chef des rebelles des Forces nouvelles, ministre, Premier ministre, il est depuis mars 2012 le Président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire. Mais pour combien de temps encore, au regard des tensions qui l'opposent désormais au Président Alassane Dramane Ouattara et à son parti, le RDR ? Sera-t-il candidat à la présidentielle de 2020, maintenant que le Chef de l'Etat parle de passer la main à une nouvelle génération ? Guillaume Kigbafori Soro est notre invité aujourd'hui. Bonjour Monsieur Guillaume Soro.

Guillaume Kigbafori Soro : Bonjour Monsieur Foka.

Alain Foka : Une rumeur persistante veut qu'on vous débarque dans quelques semaines ou dans quelques jours de la présidence de l'Assemblée nationale. Est-ce vrai ?

Guillaume Kigbafori Soro : Vous parlez de rumeur, je l'apprends en même temps que vous. Mais je pense que la relation excellente que j'ai avec le Président la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, me porte à croire que ce n'est qu'une rumeur.

Alain Foka Monsieur Soro, on va parler franc, très franc. Vous savez très bien que la relation n'est pas si excellente que cela. Vous êtes à Paris, vous arrivez du Canada. On vient de faire un congrès du RHDP unifié, le parti qui doit permettre d'aller aux élections, vous n'y êtes pas. Avant que vous ne partiez, on parlait déjà de la tension entre vous et le Président. Qu'en est-il exactement ? 

Guillaume Kigbafori Soro : Soyons francs et honnêtes. Je vous dirai les choses très clairement. Je dis que la relation entre le Président de la République et le Président de l'Assemblée nationale, Monsieur Ouattara et Monsieur Guillaume Soro résiste aux intempéries d'entourages, quelquefois excessifs. Et  j'en subi très souvent le courroux. Mais je peux dire qu'au-delà de nos entourages, notre relation demeure solide et excellente.

Alain Foka : C'est un langage politique. On ne peut pas faire le parti unifié que demande le Président de la République alors que vous êtes absent, vous quittez le pays.

Guillaume Kigbafori Soro : Monsieur Foka, vous savez bien que j'étais en mission officielle au Canada. Ce n'est pas une mission que j'ai inventée.

 

Alain Foka : Vous saviez bien qu'il y avait un Congrès ?

Guillaume Kigbafori Soro : Ce n'était pas un Congrès, c'était une Assemblée Générale Constitutive. Bien sûr qu'il y aura d'autres réunions, d'autres congrès. Il y aura le Congrès constitutif. Mais pour l'heure, ce n'était que l'Assemblée Générale Constitutive des membres fondateurs. Ceci dit, il faut que je précise que ma mission au Canada était fixée un an en avance, et j'en ai tenu le Président de la République informé.

 

Alain Foka : Vous n'étiez pas au courant que se préparait cette assemblée générale ?

Guillaume Kigbafori Soro : Je savais bien qu'il y aurait des décisions importantes que le Président envisageait de prendre. D'ailleurs, pour vous donner plus d'information, le Président m'avait reçu avant mon voyage. Mais à l'époque, il était question de la dissolution ou non du gouvernement. C'est quand j'étais en mission que certainement la date de l'Assemblée Générale a été fixée.

 

Alain Foka : On sait que vous êtes opposé au parti unifié, au RHDP unifié ?

Guillaume Kigbafori Soro : Je ne suis pas du tout opposé au RHDP ! La question de transformer l'alliance politique du RHDP en parti unifié a été longtemps évoquée. Ma position est publique, connue par tous les Ivoiriens, d'autant plus que c'est à la rentrée solennelle de la session de l'Assemblée nationale que j'ai fait la déclaration que voici : J'ai dit que le parti unifié issu du RHDP devrait être un parti d'abord inclusif, qu'il fallait comme moteur pour la création de ce parti, le dialogue. Et qu'il ne fallait laisser personne en marge.

Alain Foka : Mais le RHDP unifié tel qu'il est aujourd'hui, qui exclut de fait le PDCI et Bédié, vous l'acceptez, vous y adhérez ?

Guillaume Kigbafori Soro : Je garde espoir et je suis optimiste. Je rentre en Côte d'Ivoire. Je parlerai avec le Président Ouattara, je parlerai avec le Président Bédié. De toutes les façons, vous avez bien pu noter que le Président Ouattara a affirmé qu'il continuera de discuter avec le président Bédié.

Alain Foka : En forçant un peu la main au partenaire PDCI qui n'en veut pas ? Le porte-parole du PDCI, Jean-Louis Billon a clairement dit qu'il n'en voulait pas….

Guillaume Kigbafori Soro : Moi je n'ai pas à commenter les propos de telle ou telle personne. Vous savez que je me suis engagé pour le pardon et la réconciliation, donc ma posture m'impose personnellement de faire en sorte que les deux grands hommes d'Etat que sont le Président Ouattara et le Président Bédié ne rompent pas le dialogue et qu'ils continuent à discuter, pour des lendemains meilleurs pour notre pays.

 

Alain Foka : Le Président Alassane Ouattara, lors de cette Assemblée Générale dit : on va faire un parti unifié pour gagner ces élections, mais on va passer la main à une nouvelle génération. Vous vous sentez concerné ? Vous serez candidat, ça vous arrange ?

Guillaume Kigbafori Soro : Cette posture du Président Ouattara, je la connaissais depuis. Naturellement, le Président Ouattara m'en avait parlé. C'est pourquoi quand il y a eu les folles rumeurs sur le troisième mandat, je n'étais pas perturbé, parce que je savais. Et je peux vous le dire, j'ai eu des entretiens importants et intenses avec lui. Je savais  que le Présidant de la République a toujours eu la posture et la volonté de passer le mandat en 2020 à une nouvelle génération.

 

Alain Foka : Vous serez candidat ?

Guillaume Kigbafori Soro : Monsieur Foka, j'ai toujours évité de répondre à cette question, parce que je ne voulais pas ouvrir une compétition précipitée et anticipée sur 2020. Mais après cette déclaration du président de la République, je pense que je vais y réfléchir. Ceci dit, je n'imagine pas engager cette réflexion sans en parler d'abord et principalement avec  le Président Ouattara et ensuite avec le président Bédié ainsi qu'avec bien d'autres personnes.

 

Alain Foka : Vous êtes plus proche aujourd'hui de qui : d'Alassane Dramane Ouattara ou de Bédié ? Parce qu'on a le sentiment que vous voulez mettre la main sur le PDCI au cas où le RDR vous rejette, vous fermerait la porte. Ce n'est pas le but ?

Guillaume Kigbafori Soro : Je ne veux mettre la main sur personne ! Monsieur Talon a été élu Président du Bénin sans parti politique. Ce que je veux dire, c'est que j'ai une mission qui est presqu'un sacerdoce : faire en sorte que la Côte d'Ivoire se réconcilie. Alors évidemment, mon objectif est de faire en sorte que le traumatisme créé par les élections de 2010 n'existe plus en Côte d'Ivoire. Nous avons eu des élections apaisées en 2015.  La maturité de la classe politique ivoirienne nous impose de faire en sorte qu'en 2020, il y ait aussi des élections apaisées.

Alain Foka : Des élections apaisées, cela passe aussi par la réconciliation nationale. La réconciliation nationale, vous en parlez beaucoup, parlons-en. Est-ce qu'on peut faire la réconciliation nationale lorsqu'on sait ce qui s'est passé, notamment la longue crise politique, militaire en Côte d'Ivoire. Le seul qui soit en prison à la Haye, c'est Laurent Gbagbo. Il n'est quand même pas le seul qui ait fait des exactions. Peut-on aller à la réconciliation quand Gbagbo est à la Haye ?

Guillaume Kigbafori Soro : Je veux vous dire qu'il n'y a pas de préalable à la réconciliation nationale. La réconciliation nationale doit être d'abord une volonté individuelle, une volonté commune d'aller au pardon et à la réconciliation nationale. Ceci s'est vérifié au Rwanda, cela s'est vérifié en Afrique du Sud, et je dis avec force que c'est possible en Côte d'Ivoire.

 

Alain Foka : C'est possible en Côte d'Ivoire, mais vous êtes déjà quasiment à huit ans aux affaires. Il ne s'est rien passé. La question que se posent les Ivoiriens, (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


France 24 RFI Bédié Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Guillaume Soro Billon PDCI RDR RHDP Côte d'Ivoire Paris Afrique du Sud Bénin Canada présidentielle réconciliation gouvernement candidat Assemblée nationale élections





Educarriere sur Facebook