Éducation nationale / Me Coulibaly Brahima (MIDH) : « Le COGES est devenu un moyen pour rançonner »

  • Source: Notre Voie
  • Date: jeu. 28 sept. 2017
  • Visites: 1104
  • Commentaires: 2

Le Mouvement ivoirien des droits humains (Midh) dénonce des entraves au droit à l'éducation pour tous, en Côte d'Ivoire en raison frais d'écolage exorbitants. Coulibaly Brahima, le secrétaire général et Dahou Amadou, le responsable du programme formation et éducation de base ont animé un point de presse, mardi, au siège de l'organisation, à Cocody. "Le Coges est devenu un moyen pour rançonner les parents d'élèves", a indiqué le secrétaire général. 

Le Midh demande au gouvernement de supprimer toutes les cotisations annexes dans les établissements scolaires publics de Côte d'Ivoire. A savoir, les cotisations scolaires exceptionnelles levées par les Coges. Cela, a-t-il relevé, concerne les frais d'enveloppes timbrées, de macaron, de papiers hygiéniques, de photos et de visites médicales. Il exige en outre, l'interdiction des frais complémentaires payés par les élèves affectés ou orientés dans les établissements privés laïcs et confessionnels. Parallèlement aux décisions ci-dessus mentionnées, la structure propose l'augmentation des indemnités de fonction des chefs d'établissements et leurs adjoints. 

A l'endroit du District d'Abidjan, le Mouvement suggère la construction de nouveaux établissements secondaires conformément à sa mission. Bien qu'il trouve les revendications de la Fesci fondées, le Midh demande à ce syndicat de revendiquer sans violence. 

Les responsables du Mouvement ivoirien des droits humains ont déploré que l'État ne fasse pas suffisamment d'efforts pour rectifier le tir. Selon Me Coulibaly Brahima et Dahou Amadou, aujourd'hui la probabilité que les enfants qui se présentent au concours d'entrée en 6ème soient affectés au public est mince. D'autant plus selon eux que l'Etat construit peu de collèges publics.

César ébrokié




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour