Alternance 2020 : Cissé Bacongo (cadre du RDR) : « Ce que le PDCI demande ne correspond pas à la définition de l'alternance »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 21 mars 2017
  • Visites: 3355
  • Commentaires: 0
L'ancien ministre de l'Enseignement supérieur puis de la Fonction publique, ponte du Rassemblement des républicains (Rdr), est loin de partager la perception que se font les cadres du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), de l'alternance en 2020. Il a souhaité apporter sa contribution au débat.

M. le ministre, la question de l'alternance 2020 fait de plus en plus débat, au Rhdp. Les cadres du Pdci, notamment, donnent de la voix, et réclament, sur la base de l'appel de Daoukro, que le candidat à la présidentielle de 2020 sorte de leurs rangs. Cette lecture correspond-t-elle à votre compréhension de l'appel de Daoukro ?

 Je vous remercie pour l'opportunité que vous m'offrez de donner mon point de vue sur cette question importante. Nous sommes tous des contemporains de ce qui a été dit à Daoukro, à la faveur de la visite d'État du président de la République, le 17 septembre 2014. Ce que je crois avoir entendu est l'appel lancé par le président Henri Konan Bédié aux cadres et aux militants de son parti, afin qu'ils accordent un second mandat au président de la République et à son équipe, après avoir dressé un bilan élogieux de l'action de ceux-ci en quatre ans d'exercice du pouvoir d'Etat. Allant plus loin, le président Henri Konan Bédié a annoncé qu'il demanderait au Congrès de son parti, le Pdci, d'investir le président Alassane Ouattara de sa confiance en soutenant sa candidature à l'élection présidentielle de 2015. Je n'ai pas entendu,-sans doute parce que j'ai pu être distrait à un moment ou à un autre,-le président Henri Konan Bédié subordonner son appel à une quelconque condition, notamment ce que vous appelez l'alternance en faveur du Pdci en 2020. Je ne l'ai pas entendu. C'est vrai, la question a été posée par plusieurs de vos confrères, ainsi que par vous-même, au président de la République qui a toujours répondu, invariablement ce que nous avons tous entendu, à savoir que dans le cadre du parti unifié, que nous nous employons à créer, il appartiendra à celui-ci de choisir le meilleur de ses cadres pour être son porte-flambeau à l'élection présidentielle de 2020. Je n'ai pas entendu le président Alassane Ouattara prendre l'engagement de permettre au Pdci qu'il choisisse un candidat issu de ses rangs, en 2020. Pour me résumer, je voudrais m'autoriser une réflexion, qui n'engage que Cissé Ibrahim Bacongo. Le président Henri Konan Bédié est un politique de haut vol, dont l'un des héritages sera le respect quasi-sacré de la parole donnée. Étant engagé résolument dans le processus de création du parti unifié, il ne peut pas avoir demandé l'alternance en 2020, en faveur de son parti qui ne devrait plus exister en 2020. Quant à son «jeune frère» Alassane Ouattara, avec qui il a conçu le projet de création du parti unifié et qui y est engagé, corps et âme, comment pourrait-il donner son accord à une quelconque alternance, en 2020, en faveur du Pdci ou de tout autre parti du Rhdp comme contrepartie à l'appel de Daoukro, sans se contredire ? Au surplus, le président Alassane Ouattara a dit et répété que le candidat du Rhdp, parti unifié, à l'élection présidentielle de 2020 sera le meilleur des cadres dudit parti.

 

D'où vient-il, selon vous, le fait que les cadres du Pdci insistent sur la question avec une compréhension bien différente de la vôtre ?
Je ne ferai pas de procès d'intentions à qui que ce soit. Pas plus que je ne souhaiterais interpréter des propos, ni me prononcer sur des postures. Je veux rester coller aux faits, à la réalité. L'alternance, aussi bien en droit qu'en politique, sauf meilleur avis, est la succession d'un parti à un autre à la tête de l'État. Lorsqu'elle résulte d'élections démocratiques, on parle alors d'alternance démocratique. Ce que le Pdci demande ne me parait correspondre à cette définition. D'autant plus que, même si le Rdr se désiste en faveur d'un candidat issu des rangs du Pdci à la présidentielle de 2020, un tel désistement ne peut pas garantir, ipso facto, l'élection de ce candidat à la magistrature suprême. Pourquoi ? Parce que face aux autres candidats qui seront en lice, il faudra que l'équation personnelle du candidat du Pdci soit à son avantage. Donc, nonobstant toute la bonne volonté du monde que peut avoir le président Alassane Ouattara, malgré le poids politique et la puissance de mobilisation du Rdr, ni l'un, ni l'autre ne peuvent imposer à la tête de l'État de Côte d'Ivoire un président choisi parmi les cadres du Pdci. Ensuite, l'alternance au sens que le Pdci lui donne n'est pas conforme, ni aux dispositions de la Plate-forme du Rhdp, ni au projet de création du parti unifié. Pourquoi ? Parce que dans le cadre de la Plate-forme de l'Alliance Rhdp, tous les partis membres présentent leur candidat au premier tour et soutiennent, au second tour, le candidat arrivé en tête. De même, si le parti unifié arrive à voir le jour avant 2020, il n'y aura pas de candidat Pdci, Rdr, Udpci, Mfa, Upci ou Pit, mais un candidat Rhdp. Enfin, si le Pdci demande au Rdr de se désister en faveur d'un candidat Pdci, Udpci, Mfa, Upci ou Pit, cela n'annonce-t-il pas la mort prématurée du Rhdp ? Il y a lieu de le craindre, pour le regretter. Ainsi, la demande pressante des cadres du Pdci relative à l'alternance n'est pas conforme aux dispositions de l'Alliance Rhdp, ni, encore moins, aux exigences de la création du parti unifié. Cela dit, la requête du Pdci ne me choque pas, même si elle laisse perplexe.

 

Au-delà des interprétations et autres supputations, est-ce que, d'un point de vue moral, vous, en tant que haut ca (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire Henri Konan Bédié Alassane Ouattara Cissé Ibrahim Bacongo Pdci Rhdp Rassemblement Daoukro élection présidentielle candidature candidats Fonction publique élections procès




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour