Edouard Kassaraté : « Il y avait un service d'écoute français à la résidence présidentielle »

  • Source: ivoirejustice.net
  • Date: mer. 15 mars 2017
  • Visites: 1868
  • Commentaires: 0
Comparaissant depuis le 8 mars à la Cour pénale internationale dans l'affaire opposant la procureure Fatou Bensouda à Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, Edouard Kassaraté a poursuivi sa déposition aujourd'hui. L'accusation ayant fini son interrogatoire, la défense a pris le relais.

C’est dans une atmosphère très tendue que l’audience s’était refermée lundi, sur des questions de l’accusation liées à la signature d’un document par le témoin. Interrogeant Edouard Kassaraté avec virulence, le procureur Eric MacDonald avait été rappelé à l’ordre par Cuno Tarfusser. Alors que la tension montait dans le prétoire, le juge-président avait alors coupé court à l’audience qui arrivait à son terme. « Espérons que le climat soit plus paisible aujourd’hui » a-t-il énoncé en ouverture de séance ce matin. Ce qui fut le cas, avec des échanges cordiaux entre le témoin et la défense.

« Les gendarmes achetaient eux-mêmes leur essence »

Emmanuel Altit, avocat principal de Laurent Gbagbo, a ouvert son contre-interrogatoire en faisant un état des lieux des moyens alloués à la gendarmerie ivoirienne. Jusqu’à présent, le général Kassaraté avait décrit un service peu doté. Ce qui s’est confirmé. Effectuant des calculs sous la vérification du témoin, Emmanuel Altit a entrepris d’établir le nombre effectif de personnes en service chaque jour sur les 17 000 hommes affrétés à la gendarmerie. Il a alors été fait état de 10 000 gendarmes pour 10 à 15 millions de personnes dans les territoires encore contrôlés par l’Etat lors de la crise. A Abidjan, officiaient quotidiennement quelques 600 gendarmes pour 2 millions d’habitants. « Un très faible ratio dans les deux cas » a indiqué le témoin.

Côté équipement, la situation de la gendarmerie n’était pas meilleure : « les véhicules n’étaient pas tous en état de fonctionnement, on appelait cela le cimetière des véhicules, tout était en panne tout le temps ». Idem pour le carburant, qui se faisait rare. « De tout temps, on n’a jamais eu le carburant suffisant. Les gendarmes achetaient eux-mêmes leur essence ou leurs motocyclettes pour pouvoir faire leur devoir » a expliqué le général Kassaraté.

Quant aux armes, il semble que ce n’était pas la panacée non plus dans un Etat alors sous embargo. « Nous avions deux ou trois pistolets par brigade comptant 20 à 50 personnes. Les escadrons avaient des kalaches mais pas en nombre suffisant ». Pas mieux pour les communications. Les chefs de brigade répartis sur le territoire étaient obligés, par manque de radio, « de confier des messages à des chauffeurs pour les transmettre à Abidjan ».

Un témoin qui a travaillé auprès de tous les présidents de la Côte d’Ivoire

L’ex-commandant de la gendarmerie a ensuite révélé qu’un service d’écoute français était installé « au sein de la résidence présidentielle. Je suis arrivé à la résidence en 2000 et je crois que ce service était là depuis longtemps déjà. Je n’ai pas de preuve mais je suis sûr qu’ils écoutaient nos communications », a-t-il développé. « Ce service est-il resté en place pendant toute la présidence de Laurent Gbagbo ? » a demandé Me Altit. « Oui » a répondu Kassaraté. « Faisait-il partie des services secrets français ? »« Je ne saurais le dire ». « Etiez-vous aussi écoutés par les forces rebelles ? »« Oui ».

Edouard Kassaraté, entré dans la gendarmerie en 1977, a confirmé à la défense qu’il avait travaillé auprès des cinq présidents qui se sont succédé en Côte d’Ivoire. A ce moment où sa « brillante » carrière était évoquée, il s’est montré soucieux de la réception de ses propos par « notre presse locale ivoirienne qui fait souvent des commentaires désobligeants ». Il s’est alors vu demander par le juge Tarfusser : « Eprouvez-vous des craintes M. le témoin ? » « Non ». « Vous n’êtes pas là pour les médias, et vous ne vous exprimez pas pour le monde extérieur mais pour cette Cour », a formulé le magistrat.

Comme cela avait été fait auprès du directeur général de la police ivoirienne, Me Altit a procédé à l’examen des origines ethniques des dirigeants de la gendarmerie, y compris celles du témoin, ce dernier rappelant qu’il appartenait à l’ethnie Krou du Sud-est du pays. Le constat a été le même qu’avec la police. « Est-il juste de dire que la gendarmerie était composée d’hommes de toutes les origines ethniques et confessionnelles ? »« Oui, car les officiers et les sous-officiers entrent à la gendarmerie sur concours » a rappelé Kassaraté en précisant que son appartenance ethnique n’avait pas joué dans ses différentes nominations.

Des échanges fréquents entre les forces militaires officielles et rebelles

Si l’accusation a longuement étudié l’appareil militaire gouvernemental lors de son interrogatoire, la défense a pour sa part exploré les structures militaires de la rébellion. « Jusqu’aux accords de Marcoussis (en 2003, ndlr), on ne connaissait pas le visage de la rébellion. Après, on a su qu’elle était dirigée par Guillaume Soro et le colonel Bakayoko. On ne parlait alors plus de rébellion mais de Force nouvelles (FN) », a précisé le témoin à Me Altit. Des rebelles dont Kassaraté connaissait certains chefs de zones dont Wattao, Loss, Bakayoko et Cherif Ousmane, et dont beaucoup, à ses dires, ont intégré ensuite l’armée de Ouattara.

Répondant aux questions de la défense, Kassaraté a expliqué que les discussions étaient fréquentes entre les responsables des forces de défense et de sécurité (FDS) et des forces armées des forces nouvelles (FAFN), en présence de l’ONUCI (1) et des forces françaises. Des rebelles venus à l’origine « du Burkina avec de fortes chances d’avoir des Burkinabé dans leurs rangs, et peut-être des Nigériens et des Maliens »« Y a-t-il eu un recrutement de mercenaires avant les élections ? », a i (...)

Lire la suite sur ivoirejustice.net



Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Offres d'emploi du jour