Survie de la SIR / Thomas Camara : « 850 milliards de Fcfa vont être investis dans la qualité des produits raffinés »
« Une solution va être trouvée pour améliorer la situation financière »


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: lun. 18 juil. 2016
  • Visites: 3004
  • Commentaires: 0
Thomas Camara, Dg de la Société ivoirienne de raffinage (Sir), a été l'un des panélistes au Séminaire national de l'énergie à Yamoussoukro. Dans cet entretien réalisé dans le stand de son entreprise, il revient sur les difficultés de sa société et exprime sa confiance en sa survie.

Dans votre panel, vous avez dévoilé un projet d'investissement dans la qualité des produits raffinés. Quel est l'intérêt de ce projet ?

Merci de l'occasion que vous me donnez pour m'adresser aux populations à travers vous. Nous avons plusieurs projets à réaliser au niveau de la raffinerie. Parmi ces projets, il a été question pendant ce séminaire d'améliorer la qualité des produits raffinés. Il a été démontré qu'en investissant 1 dollar par an dans la qualité des produits raffinés, les fumées des pots d'échappement des véhicules sont moins polluants et la qualité de l'air ambiant devient meilleure. Cela réduit les dépenses de santé publique. Il y a un ratio qui a même été identifié par les experts de la Banque mondiale. Nous souhaitons que le projet soit réalisé pour arriver à une qualité meilleure de nos produits.

 

Quel est le montant de l'investissement à mobiliser pour l'exécuter ?

Cet investissement dans la qualité, qui doit s'achever entre 2020 et 2021, s'élève à 850 milliards de Fcfa. Cela va nous permettre d'être toujours en mesure de fabriquer des produits raffinés de meilleure qualité, conformes aux exigences internationales. 

 

On le sait, la Sir connaît des difficultés de trésorerie. Êtes-vous en mesure de mobiliser un tel budget pour financer ce projet ?

La Sir, c'est vrai, connaît des difficultés, mais c'est un outil stratégique pour le pays et même pour la sous-région. La Côte d'Ivoire, notre pays, est actionnaire à 46%. Nos dirigeants ont été concernés par le problème. A commencer par le président de la République, Alassane Ouattara. Nos autorités sont très sensibles à la situation de la Sir. Ne l'oublions pas, la Sir, c'est d'abord un outil industriel. A ce niveau, l'outil est performant. Nous avons des performances record de référence internationale. La Sir est donc en bonne santé technique. Il s'agit maintenant de lui assurer une bonne santé financière entamée par la dette qui constitue un gros poids pour nous. L'Etat, informé de la situation, a pris à bras le corps le problème. Le dossier est sur la table du gouvernement et les choses avancent dans le bon sens. Une solution va être trouvée pour améliorer la situation financière et faire en sorte que la Sir soit une raffinerie qui rayonne dans la sous-région. Il faut rappeler que beaucoup de raffineries sont fermées en ce moment. Avec la chute des cours du baril de pétrole, beaucoup de raffineries ont fermé autour de nous.

 

Quel est le montant cumulé de la dette ?

Souffrez que je ne m&rsq (...)

Lire la suite sur L'Inter


Alassane Ouattara Thomas Camara Côte d'Ivoire Yamoussoukro Banque mondiale gouvernement Société ivoirienne de raffinage budget




Educarriere sur Facebook