BEPC 2015 : Plusieurs téléphones portables des candidats saisis ; des dispositions ''violées'' ; de graves irrégularités relevées


Plusieurs violations du plan anti-fraude aux examens à grand tirage dont des candidats à deux par banc, ont été relevées hier dans des écoles-centres d'Abidjan.
  • Source: L'Inter
  • Date: jeu. 11 juin 2015
  • Visites: 1936
  • Commentaires: 0
Plusieurs équipes de l'Inspection générale du ministère de l'Education nationale et de l'enseignement technique (Menet) étaient, hier mercredi 10 juin, sur le terrain pour évaluer les dispositions prises contre la fraude et la tricherie aux examens de fin d'année scolaire.

Dans le cadre de l'opération ''Epervier'' diligentée à cet effet par l'inspecteur général-coordonnateur Ibrahima Kourouma, des centres d'examen dans les Directions régionales (Drenet)  d'Abidjan 1, 3 et 4  ont été visités. Il s'agit du collège Victor Schoelcher d'Adjamé (Drenet Abidjan 1), de l'école primaire publique Agnissankoi d'Abobo (Drenet Abidjan 4) ainsi que des groupes scolaires Banco 2 de Yopougon et Djè Loukou d'Attécoubé (Drenet 3).

En lieu et place des centres cooptés la veille qui concernaient les localités d'Anyama, de Bingerville ou encore d'Alépé, ce sont finalement ces centres retenus dans la ville d'Abidjan qui ont reçu les ''enquêteurs'' de l'Inspection générale du Menet, accompagnés de la presse. Cette option visait à éviter des ''fuites'' afin d'épingler par surprise des activistes des réseaux de fraude parmi les acteurs.

La moisson du plan B a été bonne. Le système anti-fraude a laissé apparaître des failles concernant les nouvelles dispositions arrêtées au titre de la session 2015 des examens à grand tirage. Dans les centres de composition sillonnés, de graves irrégularités ont été constatées. Celles-ci vont de l'absence de surveillants dans des salles d'examen à l'occupation de table-banc à deux par des candidats, en passant par l'utilisation de téléphone portables. Au groupe scolaire Victor schoelcher, à Adjamé par exemple, deux salles étaient sans surveillants. « Lundi, il y avait deux surveillants par salle. Mardi, il y en avait un par salle et ce mercredi, deux ne sont pas arrivés. Nous avons donc 18 surveillants pour 20 salles. Avec les superviseurs, nous sommes en train de (...)

Lire la suite sur L'Inter


Yopougon Ibrahima Kourouma Abidjan Abobo Adjamé Attécoubé Bingerville candidats téléphone portable




Educarriere sur Facebook