Depuis Dakar : Guillaume Soro fait des révélations sur Gbagbo - « Me Wade m'a acheté ma première veste »


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: jeu. 16 avr. 2015
  • Visites: 4388
  • Commentaires: 2
En marge de la 7ème conférence des présidents d'Assemblées nationales et de sections de la région Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie ,du 7 au 9 avril derniers qui s'est déroulée au Sénégal, Guillaume Soro n'a pas chômé.

Le président de l'Assemblée nationale ivoirienne a accordé un entretien exclusif au journal en ligne sénégalais Dakaractu.com. Durant plusieurs heures de débats, l'ancien patron des ex-Forces nouvelles a fait des révélations sur la crise ivoirienne, sur les anciens présidents Laurent Gbagbo et Me Abdoulaye Wade, et sur bien d'autres.

En réponse à une interpellation du journaliste sur ses rapports avec l'ancien chef de l'Etat actuellement en prison, Laurent Gbagbo, le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, déclare : «Quand il s'est agi de choisir une coalition, moi je voyais une alliance avec Ouattara, mais Laurent Gbagbo ne l'entendait pas de cette oreille. Il a considéré que, puisqu'il était dans l'opposition plus longtemps que Ouattara, il ne pouvait se mettre derrière lui. Alors, il s'allie à un moment donné à la partie conservatrice du Pdci,  ensuite il est allé s'allier à la partie adverse. Il a joué à ce jeu et c'est là que le surnom de boulanger lui est attribué. Il changeait de camp quand il voulait. Il pourrait s'allier avec un tel ce matin et dans l'après-midi, il va s'allier avec un autre. Quand vous adoptez une telle attitude, vous êtes peu lisible. Il a roulé dans la farine le général Robert Guei en lui faisant croire que c'était souhaitable d'éliminer tous les grands candidats adverses comme Bédié, Ouattara, etc. C'est comme ça qu'il a voulu utiliser Robert Guéï pour atteindre ses adversaires politiques. Comme il valsait d'un camp à un autre, on l'a surnommé le boulanger ».

Parlant de la présence du fondateur du Fpi à la Cour pénale internationale, l'invité de Dakar'actu.com a rappelé que «c'est Laurent Gbagbo lui-même qui a dit être plus heureux à la Haye que dans son propre pays, à Korhogo ». « C'est bien de vous préoccuper du sort de Laurent Gbagbo. Et les 3000 morts, les veuves, les orphelins? », s'est-il interrogé par la suite. Pour Guillaume Soro, il faut arrêter av (...)

Lire la suite sur L'Inter


Bédié Laurent Gbagbo Guillaume Soro Ouattara Pdci Fpi Korhogo Afrique Sénégal Cour pénale internationale Assemblée parlementaire de la Francophonie candidats Assemblée nationale opposition




Educarriere sur Facebook