Représentante du comité d'organisation du concours Miss 2.0 : « Nous allons faire de Miss.2.0 un concours international »
« Nous demandons l'appui de l'Etat pour accompagner nos filles »
« Comment Miss 2.0 a impacté les Ivoiriens »

  • Source: Educarriere
  • Date: lun. 12 déc. 2022
  • Visites: 1726
  • Commentaires: 0

Dans cet entretien, la représentante du comité d'organisation de Miss 2.0 revient sur les objectifs du concours.

 

Après   les   deux   premières   éditions, le   concours   Miss   2.0   a   imposé   son empreinte sur la scène nationale. Quel est le secret de ce succès ?

Effectivement, nous avons mobilisé plus de 5 000 candidats et suscité près de 3 millions de votes entre 2020 et 2021. Cela est dû au fait que le concours est transparent. Les candidates ont une accessibilité claire à l'information, en ce qui concerne les différentes étapes du concours, les résultats et comment les votes sont obtenus.  L'autre élément qui est l'une de nos particularités, c'est que Miss 2.0 est le premier concours de beauté 100% digital en Côte d'Ivoire, car le déroulement du concours se fait sur les réseaux sociaux. Tout ce qui concerne le contenu, les informations, est relayé sur les réseaux sociaux. À côté de cela, Miss 2.0, avec son caractère inclusif, vient avec du changement, en instituant des standards de beauté qui excluent la plupart du temps, certaines jeunes femmes en raison de leur statut matrimonial, de leur physique qui ne correspond pas, entre guillemet, à la norme. Et, enfin, depuis 2020, nous apprenons de nos erreurs, et nous faisons tout pour nous améliorer.

 

Quels sont les critères de sélection des candidates pour le concours ?

Pour pouvoir poser sa candidature au concours Miss 2.0, il faut avoir entre 20 et 30 ans, avoir un casier judiciaire vierge, avoir un compte Facebook et Instagram, être dotée du baccalauréat, avoir un projet social impactant, être de nationalité ivoirienne, et bien évidemment, résider sur le sol ivoirien.

 

Les candidates finalistes devront bientôt intégrer le training camp. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette étape décisive du concours ?

À l'issue du troisième challenge dont les résultats seront publiés aujourd'hui (ndlr, le 7 décembre) nos dix finalistes seront bientôt connues du grand public. Elles seront par la suite logées dans une résidence mise à disposition par les organisateurs pour 15 jours de formation et de challenge au training camp. Nos Miss y seront formées par des professionnels sur une palette d'activités. Entre autres, le sport, l'art oratoire, la création de contenu, l'entreprenariat, afin de mettre toutes les chances de leur côté jusqu'à la finale, et même après le concours. Elles auront aussi la possibilité de faire du réseautage.

 

Quelles sont les qualités que doit posséder une candidate pour espérer devenir la Miss 2.0, cette année ?

Avoir une Miss qui ne reflète pas les bonnes valeurs, reviendrait à dénaturer le concours. Pour espérer devenir la Miss 2.0, il faut donc être un véritable leader, être courageuse, entreprenante, résiliente, dynamique et, je dirais aussi, empathique. L'empathie est l'une des qualités principales que devrait avoir une Miss 2.0. L'engagement social demande en effet de comprendre les besoins de sa société et les problèmes des populations. Et, pour pouvoir les solutionner, il faut être empathique.

 

La gagnante remportera une bourse d'étude, une voiture et un chèque d'une valeur de 15 millions FCFA. D'où proviennent les ressources de Miss 2.0 ?

Miss 2.0 est organisé par la société CDML (Communication Digitale et Médias en Ligne) qui opère dans le digital depuis 2018. Si ce concours a pu voir le jour, c'est bien sûr, grâce à l'appui financier et matériel de promoteurs et de sponsors tels qu'Orange Côte d'Ivoire, est à nos côtés depuis le début de cette aventure.

 

L'Etat vous soutient-il dans cette initiative qui contribue au leadership féminin, à l'entreprenariat et à la création d'emplois ?

L'Etat, quand il le peut, nous apporte son soutien institutionnel. Mais, aucun soutien financier pour l'instant. Pourquoi pas dans le futur ? Nous en profitons donc pour lancer un appel à l'Etat, afin qu'il puisse nous aider dans l'accompagnement et le développement personnel de nos filles.

 

Comment se fait l'accompagnement institutionnel de l'Etat ?

Nous disposons d'un réel engagement de la part de l'Etat. L'année dernière, par exemple, la ministre de la Femme, de la famille et de l'enfant est venue effectuer un motivationnal speech aux candidates, à la veille de la finale. Cela les a boostés et nous a convaincu que nous sommes sur la bonne voie. Le ministre de la Communication et de l'économie numérique a également tenu à nous accompagner en adressant un pitch sur la sensibilisation aux fakes news l'année dernière. 

 

Quelle est la cible de la caravane Miss 2.0 ?

Il faut noter que le concours Miss 2.0 fait la promotion de l'excellence. C'est justement pour prouver aux élèves qu'être excellent, en vaut la peine, que la caravane Miss 2.0 sillonne les lycées de jeunes filles pour récompenser, dans un premier temps, les meilleurs élèves, en leur offrant des ordinateurs, des tablettes. Ensuite, la caravane sensibilise sur les fléaux qui minent notre société. Par exemple, l'année dernière, nous avons sensibilisé sur les fake news. Et cette année, le thème était, le blanchiment de la peau, qui est aujourd'hui à la base de plusieurs maladies de la peau. Et, pour finir, la caravane nous permet de faire la promotion des valeurs que défend le concours.

 

Depuis l'initiation de la caravane, a-t-elle eu un impact sur la population ?

La caravane a eu un impact remarquable sur la population, au niveau de l'Éducation. Au lycée de jeune fille de Séguéla, par exemple, la proviseure Honorine Ouattara, a confessé que ce lycée ne se sent plus exclu, relativement à sa situation géographique. Grâce à la caravane, selon elle, ce lycée a réalisé qu'il compte, parmi les lycées de jeunes filles du pays. Les ordinateurs et les tablettes que le comité et ses partenaires ont offerts pendant cette caravane, permettent aux élèves d'avoir un accès plus facile à l'information et à la recherche. Ce qui a amélioré leur performance. C'est une trace que la caravane a laissée, aussi bien au niveau de l'administration, des élèves que des parents qui sont généralement sceptiques. Mais aujourd'hui, ils réalisent que c'est réel. Cette année, le nombre d'inscriptions a augmenté au lycée de jeunes filles de Séguéla, selon les dires de la proviseure, grâce à notre caravane. Pour la petite histoire, elle nous a raconté qu'une jeune fille assez timide de ce lycée s'est rapprochée d'elle après notre passage, pour lui dire qu'elle voulait ressembler aux jeunes filles venues animer la caravane. Cette élève a tellement été impactée par la caravane qu'elle a obtenu, d'après la proviseure, 17 de moyenne. Aujourd'hui, elle se retrouve sous la tutelle de la Fondation Orange, au lycée Mamie Adjoua de Yamoussoukro.

 

Y a-t-il un suivi des projets sociaux que Miss 2.0 a déjà financés

Nous nous attelons à mettre en place des outils afin de le faire, tout à fait. Nous avons encore beaucoup à améliorer sur ce point.  Nous sollicitons aussi l'aide de l'Etat à ce niveau.

 

Quelles sont les perspectives de développement du concours Miss 2.0 dans les années à venir ?

Dans les années à venir, notre souhait est d'étendre Miss 2.0, dans la sous-région et à l'international. Nous invitons le public à s'impliquer dans le concours en choisissant la plus méritante. Il est possible de le faire en nous envoyant des SMS ou en allant sur le site ww.miss20.org.

 

Interview réalisée par Raphaël Tanoh

 

 




Côte d'Ivoire digital Miss 2.0 don jeunes filles leaders projet élèves femmes Ouattara Raphaël Tanoh Yamoussoukro Orange Facebook baccalauréat concours emplois candidature candidats Fondation développement information ivoirien



Educarriere sur Facebook