Santé

Médecine traditionnelle : Une nouvelle décision sur la vente des médicaments

post-img
La médecine traditionnelle ne doit plus se faire n'importe comment (Photo d'archives)

La vente de médicaments dans les cars, est interdite. Il en est de même pour ceux qui se promènent pour le faire.

En tout cas, les articles 15, 24, 29 et 30 de la loi n°2015-536 du 20 juillet 2015, relatifs à l'exercice et à l'organisation de la médecine et de la pharmacopée traditionnelle, sont formels : « les consultations, les soins ou les ventes de médicaments traditionnels se font dans les centres de consultation de médecine traditionnelle. La vente de médicaments traditionnels se fait également dans les herboristeries », « le ministre chargé de la santé peut retirer l'autorisation d'exercice de la médecine traditionnelle (...)  si le praticien de médecine traditionnelle vend ses médicaments traditionnels dans un lieu autre que son centre de médecine traditionnelle ou une herboristerie », « est puni d'un emprisonnement de 1 à 6 mois et d'une amende de 50 000 à 100 000 francs Cfa ou l'une de ces deux peines seulement, quiconque vend des médicaments traditionnels sans autorisation ou dans un lieu autre qu'un centre de médecine traditionnelle ou herboristerie » et «  est puni d'une amende de 100 000 à 300 000 francs Cfa, tout manquement aux dispositions de l'article 15  de la présente loi ». Ce n'est pas tout. Tous les médecins traditionnels qui s' attribuent le titre ronflant de docteur alors qu'ils n'ont pas le Doctorat, tombent sous le coup de la pratique illégale de la médecine, de même que ceux qui n'ont aucune autorisation en la matière. Ils seront désormais sanctionnés comme le prévoit l'article 28 : « est puni d'un emprisonnement de 3 mois à 5 ans et d'une amende de 300 000 à 500 000 francs Cfa quiconque pratique illégalement la médecine traditionnelle. La tentative est punissable. Le maximum de la peine encourue est porté au double, en cas de récidive ». Selon Dr Krao Ehoulé, directeur-coordonnateur du Programme national de promotion de la médecine traditionnelle (Pnpmt) qui intervenait, lors d'une récente conférence de presse, il est désormais interdit de vendre des médicaments dans les cars et les gares, selon la nouvelle loi. Ladite loi, notons-le, définit comme médecine  traditionnelle, l'ensemble de toutes les connaissances et pratiques , matérielles ou immatérielle, explicables ou non, utilisées pour diagnostiquer, prévenir ou éliminer un déséquilibre physique, mental, psychique et social, en s'appuyant exclusivement sur des connaissances transmises de génération en génération, oralement ou par écrit, et sur les expériences vécues. 

 

Les catégories


Lire la suite sur Soir Info


don conférence de presse Program 100 000 santé

Articles similaires