Décédé à Paris : Le cardinal inhumé à la cathédrale Saint Paul du Plateau


(Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: sam. 05 juil. 2014
  • Visites: 2457
  • Commentaires: 0
Décédé le lundi 9 juin à Paris (France), d'un Accident vasculaire cérébral (Avc), le cardinal Bernard Agré a été inhumé dans l'intimité, le vendredi 4 juillet 2014, à la cathédrale Saint Paul du Plateau. De nombreuses personnalités, des fidèles catholiques, mais aussi des anonymes n'ont pas voulu se faire conter cette séparation.

« L'heure est enfin sonnée. Dort bien aimé. Ton œuvre est terminée. Voici pour toi le soir de la journée. Du grand repos. L'heure est enfin sonnée. Adieu cardinal. Adieu cardinal ». C'est par cette cantique que le corps de cardinal Bernard Agré a été accueilli, le vendredi 4 juillet 2014, sur le parvis de la Cathédrale Saint Paul du Plateau, par les nombreux fidèles catholiques qui ont effectué le déplacement pour assister à l'inhumation de l'homme de Dieu.

Le cantique gagne en intensité lorsque le corbillard de type 4x4 de couleur noire, immatriculé, 4702GJ01 s'immobilise devant l'entrée principale de la cathédrale, coté palais de justice. Des fidèles sortent de leur poche ou de leur sac des mouchoirs blancs, comme pour saluer le corps du disparu et dire qu'il (cardinal) restera à jamais gravé dans leur mémoire. Quelques cris se font entendre lorsque les six (6) porteurs (3 de chaque coté) portent le cercueil de couleur blanche au niveau de l'épaule pour le déposer sur les marches, à l'entrée de l'édifice religieux.

Mgr Alexis Touably Youlo, évêque d'Agboville et par ailleurs président de la Conférence des évêques de Côte d'Ivoire (Ceci) chargé de délivrer le message mortuaire, face au cercueil qui porte la dépouille mortelle du fils de Monga, demande à Dieu de donner la paix à son serviteur et de lui permettre de reposer dans le tombeau jusqu'au jour du réveil, afin qu'il puisse voir sa lumière.

Après avoir confié l'archevêque émérite d'Abidjan, au père Céleste, l'évêque d'Agboville entonne un autre cantique repris aussitôt par la foule. Le choix de ce chant d'église n'était pas fortuit. « Le cardinal aimait particulièrement ce cantique », a indiqué le président de la Ceci. Après la chanson religieuse, les six (6) porteurs reprennent à n (...)

Lire la suite sur Soir Info


Côte d'Ivoire Abidjan Plateau France Paris Agboville




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour