Koumassi / Affrontements entre groupes rivaux de syndicalistes : L'affaire entre les mains de Wattao


Photo d'archive.
  • Source: Soir Info
  • Date: mer. 08 janv. 2014
  • Visites: 4992
  • Commentaires: 1
Deux jours après la grande bagarre et la fusillade qui ont éclaté au grand carrefour de Koumassi, le dimanche 5 janvier 2014, un calme précaire y régnait, hier mardi 7 janvier, avec le « déguerpissement » des taxis intercommunaux vers les feux tricolores d'un hôtel international.

Toutefois, pour éviter la dégradation de la situation, le commandant adjoint chargé des opérations du Centre de coordination des décisions opérationnelles (Ccdo), Issiaka Ouattara dit Wattao s'est chargé de calmer les deux parties en les invitant à la table de négociation. Selon des sources sécuritaires, le commandant Wattao a demandé aux uns et aux autres de ne pas perturber la quiétude des abidjanais et de toujours privilégier la négociation pour régler les différends. Par ailleurs, les deux blessés de dimanche, à savoir, Gbané Siriki dit Aladji Ba et Karembé Moussa, éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (Frci), en service à la base navale d'Attécoubé, sont également sous la coupe du commandant adjoint du Ccdo.

Par ailleurs, en marge de cette situation, les responsables syndicaux ont organisé un point de presse, le mardi 7 janvier 2014 en zone 4 à Marcory pour dénoncer les actes de vandalisme de certains individus. « le syndicalisme dans le transport est régit par une loi qui interdit la violence. Nous n'accepterons plus les agissements d'individus malintentionnés qui sèment le trouble », a martelé Gaoussou Dembélé, président du collectif des transporteurs de Treichville qui a dénoncé les violences du mardi à Treichville et de dimanche à Koumassi  imputées au groupe d'organisation et de régulation du transport (Cort). Il a exprimé sa gratitude au commandant Wattao qui a pris en main le secteur du transport (syndicats) dans les communes d'Abidjan sud, à travers un bilan hebdomadaire pour éviter les rixes.

Quant au Lieutenant Sansan Ludovic, coordonateur auprès de Wattao, chargé du transport à Abidjan-sud et du Sud Comoé a demandé aux syndicalistes qui détiennent encore des armes de les déposer dans les bureaux du service chargé de la démobilisation et de la réinsertion avant que les forces de l'ordre ne fassent des descentes dans les domiciles.

Doumbia Mamery responsables de la Mutuelle des transporteurs a dénoncé la mise à l'écart des chauffeurs dans le règlement des différents conflits, avant de révéler le manque de sécurité sociale. Rappelons que le dimanche 5 janvier 2014, à la gare des taxis intercommunaux du grand carrefour de Koumassi, des groupes de syndicalistes venus d'Abobo et d'Adjamé conduits respectivement par Touré Oussou alias Ombak et Kaba Missa dit Hagler et leurs collègues de Koumassi en compagnie de personnes en armes se sont affrontés. Selon l'un des témoins oculaires, Traoré Albani, c'est grâce aux forces de l'ordre, notamment les Frci, les gendarmes et les policiers, que le calme est revenu.

 

M'BRA Konan




Issiaka Ouattara Wattao Ccdo Côte d'Ivoire Abidjan Abobo Adjamé Treichville Attécoubé Marcory Koumassi déguerpissement



Educarriere sur Facebook