ft-ad_1
Politique

Depuis le Cameroun, Mamadou Koulibaly bombarde : ''Non, Gbagbo n'a pas gagné les élections'' - ''Il a laissé faire tout et n'importe quoi'' - ''La rébellion, c'est Ouattara'' - ''J'ai préparé l'opération Dignité''

post-img
Dans cette interview pamphlétaire accordée à « Mutations », un journal Camerounais, Koulibaly Mamadou, président de Lider et ancien compagnon de Laurent Gbagbo, fait un procès en règle du régime Ouattara et tire à boulets rouges sur le pensionnaire de la prison de la Haye, allant jusqu'à affirmer « qu'il n'a pas gagné les élections de 2010 ».

Laurent Gbagbo est à la Cour pénale internationale depuis bientôt deux ans, est ce que vous lui avez rendu visite ?

Non, et je ne pense pas qu'il l'ait sollicité. Nous ne sommes plus en contact.

Comment expliquez-vous cela, vous qui avez été l'un de ses plus proches collaborateurs et un idéologue du Front populaire ivoirien (Fpi) ?

J'ai été chassé du Fpi. Alors que j'en étais le président intérimaire et que je cherchais à remobiliser les troupes en restructurant la machine et procédant à un bilan, afin de ne plus répéter les erreurs qui nous avaient conduits dans le mur, l'on m'a fait savoir qu' « on n'attache pas bagages avec Dioula » et que je n'avais pas le droit de reformater le parti pour en faire une force d'opposition debout contre Ouattara tant que Gbagbo était en prison. Les dirigeants du Fpi ont choisi de s'enfermer dans leur sectarisme et de ne rien faire tant que Gbagbo n'est pas libéré.

Je leur ai expliqué qu'on ne savait pas combien de temps il resterait en prison, j'ai pris l'exemple de l'Afrique du Sud, en leur disant que si l'Anc avait attendu la libération de Mandela pour se restructurer et continuer le combat, ils se seraient assis sur leurs talons pendant au moins 27 ans. Je leur ai démontré qu'il fallait que nous nous remobilisions par cercles concentriques, parce que c'était nos actions qui allaient permettre de faire libérer nos camarades, et que ce n'était pas à ceux qui étaient enfermés à Korhogo, Bouna, Boundiali de venir nous sauver, mais plutôt le contraire, mais l'on m'a répondu qu' « en l'absence du créateur, on ne touche pas à la créature ». Moi, je n'ai pas l'habitude de rester les bras ballants face à l'adversité. Je trouve les actions entreprises par le nouveau régime en Côte d'Ivoire trop destructrices pour laisser Ouattara sans opposition et sans contrepouvoir fort en face de lui.

J'ai créé le parti LIDER et depuis, nous avons repris le flambeau de la lutte pour un retour à l'Etat de droit, pour réconcilier les populations, pour critiquer le gouvernement quand il déraille ou est dans l'erreur, pour exposer ses mensonges institutionnels et pour proposer des alternatives efficaces aux Ivoiriens.

Que pensez-vous du régime Gbagbo ?

C'est dommage. Il y a des choses que beaucoup de gens ne savent pas. Le Fpi a gouverné, mais n'a pas gouverné seul. Pendant dix ans, Gbagbo était sur le fauteuil et Ouattara gouvernait. C'est cela qui est la vérité. Le Fpi n'a jamais géré la Côte d'Ivoire seul.

En 2002, Alassane Ouattara, qui n'était pas d'accord avec les résultats de l'élection présidentielle et les résultats des législatives et municipales, a créé la rébellion. Après les différents accords signés depuis Marcoussis jusqu'à Ouagadougou en passant par Lomé, Accra, Pretoria, des ministres du rassemblement des républicains (Rdr) d'Alassane Ouattara et du parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci) sont entrés au gouvernement, ainsi que des rebelles. Et chacun ne répondait qu'à sa hiérarchie politique.

Après la guerre, tous les chefs rebelles ont d'ailleurs été nommés, soit dans l'armée, soit dans le corps préfectoral. Ouattara a partagé le pays parce que les anciens rebelles l'exigeaient. Ce n'est plus un secret, c'est lui qui a fait la tentative de coup d'Etat en 2002 puis qui a organisé la rébellion. La Côte d'Ivoire a été partagée comme un gâteau. Tout ce que la Côte d'Ivoire a fait entre 2002 et 2010, c'était tout ce que Ouattara voulait.

Dès lors, vous étiez la deuxième personnalité du pays, en tant que président de l'Assemblée nationale, pourquoi vous n'avez rien fait ?

Dans les régimes présidentiels, il n'y a pas de numéro 2 du régime. Le décompte commence au numéro un et s'arrête au numéro 1. Seul le président de la République décide, le parlement n'a qu'un rôle protocolaire. Cependant, j'ai refusé de plier dès Marcoussis, mais Gbagbo a dit que c'était un médicament amer, qu'il fallait l'ingurgiter pour avoir la paix.

Malheureusement, Gbagbo a laissé faire tout et n'importe quoi, parce qu'il pensait que c'était le meilleur moyen de montrer sa bonne foi. L'aile lucide du parti, dont j'étais le chef de file, a été présentée comme l'aile dure et mise ainsi à l'écart.

A chaque fois que je me suis opposé, certains cadres du parti allaient dire que je ne voulais pas la paix ou que je contestais son autorité. Gbagbo gouvernait par ordonnances, comme Ouattara aujourd'hui.Le résultat c'est que non seulement il n'a pas eu la paix, mais, aujourd'hui, il est en prison, laissant le pays dans le chaos, l'incertitude, entre les griffes des différentes mafias qui ont gangréné l'Etat. Nous savions depuis longtemps que c'était Ouattara qui avait réellement le pouvoir. Le Rdr est au pouvoir depuis dix ans. Ses ministres ne répondaient que de lui.

De manière concrète, quels étaient vos rapports avec l'ancien président, Laurent Gbagbo ?

A la fin du règne, il y avait quelques incompréhensions liées à la manière dont le pays était gouverné. Les tensions sont véritablement apparues lorsque j'ai compris qu'il y avait une sorte de laissez-allez au sein du parti. Certains cadres avaient des pratiques qui étaient peu conformes à l'éthique. Nominations dans les administrations, parrainage de leurs enfants dans les grandes écoles, corruption. Lorsque j'ai essayé d'en parler, l'on m'a menacé.

Est-ce que vous en voulez à Laurent Gbagbo ?

Non. Je ne saurais lui en vouloir. Je regrette simplement que nous n'ayons pas réalisé les rêves que nous avions partagés avec les jeunes Ivoiriens et les jeunes Africains. C'est ce qui m'embarrasse le plus. Cela peut laisser penser que nous avons embarqué des gens dans une aventure dont nous ne maîtrisions pas l'issue.

Est-ce que vous aviez les moyens ?

Oui, nous avions les moyens. Le budget de l'Etat était en augmentation chaque année depuis 2002. Cela veut dire qu'il y avait de l'argent dans l (...)

Lire la suite sur Soir Info


Côte d'Ivoire entreprises don lutte Afrique jeunes sein Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Pdci Front populaire ivoirien Fpi LIDER Korhogo Dioula Ouagadougou Cameroun Cour pénale internationale élection présidentielle gouvernement Pretoria Assemblée nationale budget élections procès corruption opposition coup d'Etat

Articles similaires