Enseignement supérieur : Bientôt l'ouverture de classes préparatoires à l'université, les explications du ministre Adama Diawara


Le ministre Adama Diawara ambitionne de redorer l'image de l'enseignement supérieur ivoirien.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 16 fév. 2021
  • Visites: 2207
  • Commentaires: 0
Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a accordé une interview à Fraternité Matin dans laquelle il fait un large tour d'horizon sur son département ministériel. Adama Diawara annonce en effet, la création dans les prochains jours de classes préparatoires à l'Université. Ci-dessous l'intégralité de l'interview:

1. Monsieur le ministre, vous vous apprêtez à aborder une nouvelle année académique dans les institutions d'enseignement supérieur, quel bilan faites-vous de l'année écoulée dans un contexte de crise sanitaire majeure due à la Covid-19 ?

Je voudrais relever qu'au moment où le Président de la République, SEM. Alassane Ouattara, m'a nommé à la tête du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Mesrs, ndlr), les établissements d'enseignement supérieur étaient tous fermés, pour cause de pandémie due à la Covid-19. La pandémie étant maîtrisée dans notre pays, avec un taux de positivité faible et un taux de létalité encore plus faible, le gouvernement a autorisé la réouverture des structures d'enseignement supérieur, quelques jours après ma nomination. Pour assurer la continuité pédagogique, tout en évitant une explosion des contaminations au virus Sras-Cov2 dans le milieu universitaire, j'ai dû demander aux structures d'enseignement supérieur d'adopter une forme hybride d'enseignement, à savoir l'enseignement présentiel pour les niveaux d'étude à faible effectif tels que les Master 1 et 2, et les cours en ligne pour les niveaux d'étude à grand effectif tels que les Licences 1, 2 et 3. Cela a permis aux universités et grandes écoles, publiques et privées de reprendre les cours et d'achever l'année académique 2019-2020. Ainsi, les universités ont pu organiser leurs examens semestriels 2019-2020 et le ministère a pu organiser les examens du Brevet de technicien supérieur (BTS) session 2020. Je peux donc affirmer que les choses se sont relativement bien passées, malgré le contexte très délicat de la pandémie Covid-19. Il faut tout de même reconnaître que cette pandémie a eu un impact négatif sur l'apprentissage des apprenants. Cela s'est soldé par la chute du taux de réussite à certains examens. À titre d'exemple, le taux de réussite au BTS est passé de 73,38% en 2019 à 52,93% en 2020, soit une chute de 20,45 points. De même, au niveau de certains examens universitaires, des résultats en deçà de nos attentes ont conduit des jurys à revoir quelque peu la barre de repêchage. Cependant, des structures telles que l'Institut national polytechnique Houphouët-Boigny à Yamoussoukro (INP-HB), l'un des pôles d'excellence de notre système d'enseignement supérieur, ont enregistré de bons résultats. Par exemple, six étudiants de cet Institut ont été admis au concours d'entrée à la prestigieuse École X Polytechnique de Paris. Hormis ce bilan contrasté relatif au rendement interne du système d'enseignement supérieur, il faut noter que, malgré le climat politique délétère induit par la présidentielle d'octobre 2020, l'espace universitaire a connu très peu de perturbation, et cela grâce au dialogue social permanent que j'ai instauré avec l'ensemble des partenaires sociaux, notamment les syndicats d'étudiants, d'enseignants et de personnels administratifs et techniques.

2. Vous avez pu organiser le BTS, et vous disiez lors de l'une de vos interventions que vous seriez à même d'en arriver à une rentrée académique unique aussi bien dans les structures publiques que privées, qu'en est-il ?

Tout se déroule comme prévu, à quelques détails près. Toutes les universités et grandes écoles, publiques comme privées, ont entamé l'année académique 2020-2021. Certaines structures ont même commencé le deuxième semestre 2020-2021. Si aucun événement majeur ne vient perturber le déroulement des cours, toutes les structures pourront achever l'année académique 2020-2021 à temps, pour que la rentrée 2021-2022 se fasse de façon unique, dans toutes les universités et grandes écoles, publiques et privées, le lundi 18 octobre 2021. Le ministère fera tout ce qui est de son ressort pour que cet agenda soit respecté. Ainsi, pour éviter les grèves d'étudiants ou d'enseignants qui sont généralement à la base de la perturbation des années académiques, nous allons intensifier le dialogue social avec les différents partenaires sociaux, et apporter une réponse efficace, je dirais même efficiente, donc durable, au fameux problème des heures complémentaires des enseignants. La résolution de ce fâcheux problème, qui a toujours empoisonné le milieu universitaire, passe par l'élaboration de maquettes pédagogiques cohérentes et pertinentes, le respect strict des charges d'enseignement dues par les enseignants, le contrôle efficace des heures d'enseignement effectuées par les enseignants, la fixation du nombre d'étudiants par groupe de travaux dirigés (TD) et de travaux pratiques (TP), le calcul correct des volumes d'heures complémentaires réellement effectués par les enseignants, la fixation des nouveaux taux horaires d'heure complémentaire et le paiement à temps de ces heures complémentaires. Ce vaste chantier fait partie des chantiers stratégiques sur lesquels le ministère a commencé à travailler après avoir résolu les problèmes urgents que nous avons trouvés à notre arrivée à la tête de ce département ministériel.

3. Pourrait-on savoir la stratégie mise en place afin de pouvoir réellement former des ressources humaines de qualité ? Autrement dit, M. le ministre, quelle est votre vision pour un enseignement supérieur et une Recherche scientifique de qualité pour la Côte d'Ivoire ?

Ma vision du système d'enseignement supérieur et de recherche scientifique est tout simplement celle du Président de la République, à savoir un enseignement supérieur qui forme des ressources humaines de qualité et une recherche scientifique qui résout les problèmes de développement auxquels le pays est confronté. S'agissant de la recherche, il faut d'abord résoudre le problème crucial de son financement. Pour rappel, l'initiative de Lagos, endossée par l'Union africaine, demande à chaque État africain d'allouer 1% de son Produit intérieur brut (Pib) au financement de la recherche. Or notre pays en est à 0,35% de son Pib affecté à la recherche scientifique. Une grande partie de ce financement émanant de l'État, nous ferons en sorte que le secteur privé finance beaucoup plus la recherche. Nous avons déjà entamé cette démarche auprès du patronat. Par ailleurs, nous mettrons l'accent sur la valorisation économique des résultats de la recherche. Il ne faut pas s'arrêter à la seule valorisation académique des résultats de la recherche, comme c'est le cas aujourd'hui. Quant à la formation des ressources humaines de qualité par notre système d'enseignement supérieur, il s'agit là d'un vaste chantier, dont la conduite nécessite la résolution des problèmes de fond qui dégradent la qualité de notre enseignement supérieur. Cela commence par la lutte contre le phénomène de massification, qui tire la qualité des enseignements vers le bas. Ainsi, outre l'achèvement des travaux de construction des universités de San Pedro et Bondoukou, qui sont en cours et qui permettront d'augmenter sensiblement la capacité d'accueil des universités publiques, nous ferons respecter les critères d'accès aux différentes filières de formation des universités publiques, tout comme les capacités d'accueil de ces filières, capacités d'accueil qui elles-mêmes sont liées aux disponibilités en infrastructures, en équipements et en enseignants. De même, nous ferons respecter les critères de rétention des apprenants dans les filières, notamment en formation continue, sans galvauder les contenus des formations ni les niveaux des évaluations des étudiants. Tout cela nous oblige à être plus stricts sur le recrutement et le suivi des enseignants et des personnels administratifs et techniques. Par exemple, pour être recrutés, les enseignants devront signer des contrats dans lesquels leurs droits et devoirs seront clairement consignés. Hormis toutes ces stratégies, qui visent à améliorer notamment le rendement interne de notre système d'enseignement supérieur, nous adopterons ce qu'il convient d'appeler la chaîne vertueuse qui boostera indubitablement le rendement externe de notre système, et donc permettra de résoudre l'épineux problème d'inadéquation formation-emploi, l'une des faiblesses majeures de notre système d'enseignement supérieur.

4) Quelle est cette chaîne vertueuse ?

Il s'agit, premièrement du listage des filières porteuses d'emplois, par l'étude des bassins d'emplois ; deuxièmement, de la définition des profils de compétence relatifs à ces filières porteuses, en discussion avec les 13 branches professionnelles ; et troisièmement de l'élaboration des curricula permettant d'obtenir les profils de compétence recherchés. À ce stade de mon propos, permettez que je parle de deux futurs chantiers d'importance capitale pour le ministère. Il s'agit d'abord de l'ouverture de classes préparatoires dans les universités publiques complètes, c'est-à-dire les universités Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Alassane Ouattara de Bouaké et Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo. Les classes préparatoires accueilleront les bacheliers les plus jeunes et les plus brillants, qui seront encadrés par les meilleurs enseignants. Ces bacheliers brillants sont destinés à être les locomotives de la Côte d'Ivoire de demain. Il y a ensuite les Instituts universitaires de formation professionnelle et technique, qui délivreront des Licences professionnelles donnant directement accès au marché de l'emploi formel et informel et de l'auto-emploi. Ces futures structures intra-universitaires, véritables vecteurs de lutte contre l'inadéquation formation-emploi, sont d'autant plus importantes que, selon les dernières statistiques émanant du Rapport d'état sur le Système éducatif national, le Resen 2016, pour 34.000 étudiants sortant de notre système d'enseignement supérieur en 2013, seuls 9.900 emplois modernes, publics et privés réunis, étaient disponibles, soit 1 emploi moderne pour plus de 3 étudiants sortants. Notons que ce grand déséquilibre quantitatif induit malheureusement un déclassement et un désajustement m (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Félix Houphouët-Boigny Alassane Ouattara Gon Coulibaly Côte d'Ivoire Cocody Korhogo Bouaké Yamoussoukro San Pedro Paris concours présidentielle INP-HB Brevet de technicien supérieur BTS gouvernement emplois stage Covid-19 développement recrutement




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour