Enseignement supérieur : Un deuxième syndicat se joint à la CNEC pour respecter le mot d'ordre de grève


Un deuxième syndicat a décidé de se joindre à la Cnec pour respecter le mot d'ordre de grève.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 06 fév. 2019
  • Visites: 1796
  • Commentaires: 1
Décidément la situation devient de plus en plus compliquée pour le professeur Abou Karamoko, président de l'Université Félix Houphouët Boigny. Après ses déboires avec la Coordination des enseignants-chercheurs et chercheurs des universités, instituts et grandes écoles de Côte d'Ivoire (Cnec). C'est au tour du Collectif des enseignants-chercheurs de l'université Félix Houphouët Boigny (CODEC-UFHB) de se joindre à la Cnec pour suivre le mot d'ordre de grève et ainsi réclamer sa tête. Ci-dessous l'intégralité de la déclaration :

1-Sur la question des sanctions disciplinaires à l’égard de nos collègues de la CNEC 


Le Conseil de l’université, réuni en session extraordinaire le lundi 28 janvier dernier, a décidé d’infliger des sanctions à 8 de nos collègues, sanctions allant du blâme à la suspension. Ces mêmes collègues font également l’objet de poursuites judiciaires, une première dans l’histoire de nos universités Le CODEC rejette toutes ces sanctions et exige leur annulation pure et simple pour ramener le calme à l’université propice à des discussions sur les questions de fond. 
Par ailleurs, le même Conseil, dirigée par le Président Abou Karamoko, s’apprête encore à traduire 11 autres collègues en Conseil de discipline le vendredi 15 février prochain. Pour le CODEC, cela ne contribuerait qu’à jeter de l’huile sur le feu dans un contexte déjà explosif. Le CODEC en appelle à la responsabilité de tous les membres du Conseil d’université pour ces décisions sans précédent dans l’histoire de nos universités. Le CODEC invite les collègues de la CNEC à ne pas céder à la provocation. 
Sans aucun doute, toutes ces sanctions disciplinaires à l’égard de nos collègues, toutes les manœuvres d’intimidation à l’encontre de certains membres du CODEC participent de la volonté de l’équipe dirigeante d’étouffer toute contestation et toute liberté d’expression afin de faire passer des reformes suicidaires pour le système d’enseignement supérieur. 

2- Sur la question de la grève d’une année de la CNEC 

Le CODEC se montre solidaire du mot d’ordre de grève de la CNEC pour la réhabilitation de nos collègues sanctionnés. Le CODEC rappelle cependant que cette question ne doit aucunement mettre au second plan les revendications principales des enseignants-chercheurs et chercheurs qui portent essentiellement, entre autres, sur l’établissement de la connexion internet à l’université, le paiement sans condition des ponctions abusives et injustes sur les heures complémentaires de 2015-2016 et 2016-2017, le retrait immédiat du nouveau règlement intérieur, le paiement de la correction des copies, la révision du mode de désignation des Présidents et des Doyens dans nos universités, etc. Ces revendications ne sauraient être l’objet d’aucun marchandage. 
Contrairement à ce que veut faire croire le Président de l’université, Le CODEC rappelle aux enseignants-chercheurs et aux chercheurs que les charges horaires dans nos universités restent inchangées, à savoir 200 heures et 125 heures pour les enseignants de rang B et de rang A respectivement. Les maquettes pédagogiques qui resteront en vigueur sont celles adoptées de façon consensuelle au séminaire tenu à l&r (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook