Affrontements entre élèves à Agboville : Deux morts, plusieurs blessés, la ville quadrillée, le préfet monte au créneau


Les élèves ont déserté les cours par crainte de représailles (Photo d'archives)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 29 nov. 2017
  • Visites: 1739
  • Commentaires: 3
24h après les violents affrontements qui ont eu lieu à Agboville, la situation reste toujours tendue, mais sous le contrôle des forces de sécurité renforcées dans la capitale de l'Agnéby.

Deux morts poignardés, une quarantaine de blessés dont 20 hospitalisés, des magasins vandalisés et pillés, etc. C’est un premier bilan que linfodrome.ci a eu des affrontements entre des élèves à Agboville, le mardi 28 novembre 2017. Ces échauffourées, qui menacent la sécurité et la cohésion dans la capitale de l’Agnéby interpellent le préfet de région qui a décidé de monter au créneau. Ce mercredi 29 novembre 2017, il a convoqué une réunion à la préfecture avec les chefs religieux et coutumiers, ainsi que les autorités municipales, pour réfléchir sur la situation.

Cette situation serait partie de l’annonce du décès d’un jeune autochtone agressé par des individus soupçonnés d’appartenir à la communauté Malinké. Chaque vendredi soir, selon des témoins, des jeunes, dont on ne sait quelle est la motivation, se déguisent en élèves en arborant l’uniforme kaki, pour agresser sur leur chemin retour, des élèves sortant des cours. Ces derniers auraient déjà saisi les autorités administratives et sécuritaires de la ville pour mettre fin à ces agressions. C’est dans l’attente que le vendredi 24 novembre dernier, une autre agression est perpétrée sur un jeune autochtone Abbey. Celui-ci est sauvagement poignardé avec un œil crevé. Evacué sur Abidjan, la rumeur l’annonce pout mort et est répandue dans la ville d’Agboville. De quoi faire monter l’adrénaline dans le sang de ses camarades qui décident de se venger. Rendez-vous est donc pris pour le mardi 28 novembre 2017 où la cité de l’Agnéby est secouée par les coups de sifflets stridents et la bagarre entre clans ethniques devenus rivaux.

Il aura fallu des renforts d’éléments des forces de sécurité dépêchés d’Abidjan, notam (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook