Déboires des sages-femmes dans les hôpitaux / Mme Dassé Jeanne : ''Les gens arrivent dans les maternités avec une idée arrêtée...''


Mme Dassé Jeanne a exercé pendant 30 ans le métier de sage-femme (Ph V.K.)
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 13 mai 2016
  • Visites: 2013
  • Commentaires: 0
Mme Dassé Jeanne est sage-femme enseignante à la retraite. Elle fut présidente de l'Association des sages-femmes de Côte d'Ivoire. Quoiqu'à la retraite aujourd'hui, elle met ses expériences professionnelles à la disposition des populations du Goh, sa région natale, à travers son Ong de lutte contre la mortalité enfantile en période d'accouchement qu'elle a créée en 2010.

De passage à Gagnoa, elle nous a accordé un entretien, dans lequel elle jette un regard rétrospectif sur le corps médical auquel elle a appartenu pendant 30 ans.

 

Vous avez ouvert un dispensaire à Wanéwa, village de la sous-préfecture de Sérihio, pour porter assistance aux populations en général et aux femmes en particulier. Pourquoi le choix de cette localité ?

Nous sommes dans cette partie du pays parce qu'il n'y a pas de structure sanitaire. Et quand une personne a besoin de soins, surtout une femme pour accoucher, les parents sont obligés de les amener à Sérihio, chef-lieu de sous-préfecture, qui est à 10 km du village. Les femmes sont transportées dans les Gbaka ou évacuées sur des motos. Nous sommes basés à Wanéwa, où nous avons notre première maternité. Nous sommes à pied d'œuvre pour ouvrir une seconde maternité dans un village situé derrière le cours d'eau, la Davo, où se trouve une population dense privée de soins.

 

Quel regard jetez vous sur l'environnement sanitaire en Côte d'Ivoire ?

C'est une question délicate. Vous savez, j'ai été formatrice et je suis allée à la retraite après 30 années de service. Si je veux jeter un regard, ce sera dans le domaine de la formation. Aujourd'hui, la sage-femme qui sort de l'école n'est pas la même que celle que nous avons connue par le passé. Elles sont très nombreuses dans les amphis, ce n'est pas reluisant dans les salles de  Travaux dirigés (Td). Mais grâce à l'Unfpa, il y a des salles qui ont été équipées. Les enseignants sont en minorité. Si on ne reprend pas ces Td plusieurs fois, il y a des étudiants qui sortent sans être au point. J'ai eu une sage-femme que j'ai recrutée en 2014. Je lui ai confié la planification familiale. Quand elle m'a avoué qu'elle n'avait jamais fait un stage dans un service de planification familiale, j'ai eu mal. Quand je les recrute, je les forme avec le peu de matériel dont je dispose, et je les mets en face de la réalité loin des salles équipées, dans des villages très reculés, mais en présence des mêmes cas. Il faut pouvoir sauver la femme et son enfant.


Lire la suite sur L'Inter


Côte d'Ivoire Gagnoa stage Gbaka




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour