Fonctionnaires fictifs, réhabilitation des universités... : Cissé Bacongo : « Des professeurs d'universités détournent les équipements » - « Voici comment les 110 milliards ont été repartis »


Le ministre Cissé Ibrahima Bacongo a fait plusieurs révélations sur son département actuel et celui qu'il a quitté en mars 2014. (Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: lun. 05 oct. 2015
  • Visites: 3860
  • Commentaires: 0
Le ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative, Cissé Ibrahima Bacongo était le second invité des Grands rendez-vous de l'Expression'' le samedi 03 octobre 2015. A cette tribune, Cissé Bacongo a fait d'importantes révélations sur la réhabilitation des universités qu'il a pilotée au moment où il était à la tête du ministère de l'Enseignement supérieur et la question de l'assainissement des fichiers de la Fonction publique.

Sur le premier point, l'hôte de ''l'Expression'' s'est défendu d'être un ''voleur'' ou un ''surfactureur''. Il a expliqué avoir refusé une réhabilitation « a minima » pour couvrir les besoins de tous les acteurs de la communauté universitaire. Toute chose qui a fait passer le programme de réhabilitation des universités, qui au départ ne concernait que les universités de Cocody et d'Abobo-Adjamé pour toucher par la suite l'ensemble des temples du savoir du supérieur et leurs annexes, d'un coût de 44 milliards de F cfa à finalement 110 milliards de F cfa. « Je ne sais pas voler et mentir. L'entreprise qui a eu le marché de la réhabilitation des universités est connue de tous. Elle a fait son Devis qualitatif et estimatif (Dqe) qui a été validé par le Bnetd et non le ministre de tutelle des universités que j'étais à l'époque. C'est l'entreprise en question qui a fait ses états, a pré-financé les travaux et a donné sa facture. Le Bnetd l'a validé puis la facture est partie au Trésor, qui convient avec l'entreprise des modalités du paiement. Le ministre n'a rien à voir avec la procédure. Je ne peux donc pas surfacturer quelque chose que je n'ai pas facturé», s'est-il défendu. Puis de souligner que le programme de réhabilitation comprenait également l'achat de matériels pédagogiques et que plusieurs équipements ont bel et bien été payés dans ce cadre et même remis aux autorités universitaires. «Dans les 110 milliards, il y avait aussi les honoraires du Bnetd et le dédouanement des équipements. Il faut savoir que ce sont  20 milliards de F cfa qui ont été investis dans l'achat des équipements. Je n'ai jamais compris pourquoi ces équipements se sont retrouvés stockés dans des salles quelque part. Pis, des professeurs d'universités les détournent. Plusieurs ont été pris la main dans le sac, en train d'emporter les équipements en question. Quand les équipements ne sont pas déployés où il le faut et que des enseignants s'adonnent au détournement, on ne peut pas sentir les efforts faits», a-t-il estimé.

 

Des faux fonctionnaires démasqués

Au titre de son département actuel, Ciss&eacut (...)

Lire la suite sur L'Inter


Cissé Bacongo Cocody Abobo Adjamé Bnetd détournement Fonction publique fonctionnaires




Educarriere sur Facebook