Conseil consultatif 2015 : Les imams réclament l'intégration de l'arabe dans les lycées et collèges - Le recrutement d'enseignants arabophones sollicité


L'imam Sékou Sylla a lu la déclaration finale du Conseil consultatif 2015.
  • Source: L'Inter
  • Date: mar. 01 sept. 2015
  • Visites: 2163
  • Commentaires: 3
Entamé vendredi dernier, le Conseil consultatif 2015 du Conseil supérieur des imams (Cosim) a pris fin hier dimanche 30 août.

Au terme de 72 heures de conclave à l'Académie des sciences et techniques de la mer dans la commune de Yopougon, les guides religieux musulmans ont fait observer dans le communiqué final lu par Sékou Sylla, porte-parole du Cosim, que le monde entier connaît des bouleversements dont ils sont loin de mesurer l'ampleur et la durée. Ils indiquent, dans le document, que  cette rencontre visait à examiner en profondeur la situation socio-politique, culturelle et religieuse au triple niveau national, régional et international. Et ce, à la lumière des enseignements du Noble Coran et de la vie du messager de l'islam.

Concernant la violence et l'extrémisme, les séminaristes relèvent que l'islam est, par essence, une religion de paix et de tolérance. Et qu'en tant que telle, elle admet qu'une personne puisse être libre de choisir sa religion comme le prescrit le verset 255 de la sourate 2. A savoir, ''pas de contrainte en matière de religion. Le bon grain se distingue de l'ivraie''. «Le Cosim est contre tous les amalgames qui tentent de faire croire que la violence est consubstantielle à l'islam, omettant que l'islam prône par-dessus tout, le pardon des offenses à travers le verset 34 de la sourate 41, qui instruit ceci : Rends le bien pour le mal et tu verras ton ennemi se muer en fervent allié. L'islam prône la diversité et la fraternité», a lu Sékou Sylla. Puis, il a indiqué que les amalgames et la manipulation, surtout de la jeunesse, tirent leur substance de la méconnaissance de l'islam. C'est pourquoi ils estiment qu'ils ont un rôle à jouer  sur le front de la lutte co (...)

Lire la suite sur L'Inter


Yopougon




Educarriere sur Facebook