Economie/Finance

Grosse colère des planteurs d'hévéa / Le syndicat menace : « Nous allons paralyser le pays » - « On nous a trop volé »

post-img
(Photo d'archives)

La décision du ministre de l'Agriculture, Coulibaly Sangafowa de nommer des membres du comité de réflexion sur les solutions du secteur de l'hévéa n'est pas du goût des planteurs membres du syndicat national des planteurs d'hévéa de Côte d'Ivoire (Synplahci)

Répondant à Coulibaly Sangafowa, le ministre de l’Agriculture sur sa décision de nomination des membres du comité de réflexion sur les solutions dans la filière hévéicole, le syndicat national des planteurs d’hévéa de Côte d’Ivoire (Synplahci) n’a pas caché sa colère. C’était lors d’une conférence de presse tenue hier, mercredi 9 décembre 2015, au domicile du président dudit syndicat, Djè Koffi. Dans ses propos liminaires, Amani Okpodji Guy, le Secrétaire général (Sg) du Synplahci, a d’abord planté le décor, tout en écorchant au passage, Koffi Fulgence, le Président du conseil d’administration (Pca) de l’Association des producteurs et manufacturiers du caoutchouc (Apromac). « A voir de loin, la filière hévéicole est la mieux organisée avec l’Apromac mais, si vous vous approchez et que vous ouvrez les yeux, vous verrez que c’est un groupe d’intérêt et d’amis organisés pour appauvrir et noyer le planteur avec l’accord de l’Etat », a-t-il accusé.

Avant d’en donner les raisons : « Pour justification, voici le mécanisme actuel de fixation du prix : 39%, plus les 2,5 de Tva pour l’Etat de Côte d’Ivoire. 24,6 % pour le caoutchouc humide et d’autres frais pour les usiniers. 36%, moins 2,5 de Tva pour les planteurs et la valeur en prix Fob. L’Apromac qui devait être composée logiquement de producteurs et d’usiniers, a aujourd’hui, en son sein, sept catégories. Les planteurs, les principaux concernés ont un seul représentant. Or, en démocratie, la majorité l’emportant, nous ne serons jamais écoutés. Nos préoccupations ne seront jamais prises également en compte. C’est ce qui nous a poussés à ne pas nous associer à l’Apromac ».

Puis, après avoir rappelé que Koffi Fulgence a dirigé, dans le passé, plusieurs autres filières dans le domaine agricole, le secrétaire général du Synplahci a ajouté qu’il était hors de question pour les planteurs de la filière dont il est le porte-parole de collaborer avec ce dernier. « Nous rappelons que le Pca de l’Apromac est à la tête de cette structure depuis 1994. Année depuis laquelle il a reçu l’entière responsabilité de gérer plusieurs filières et nous connaissons tous, le résultat aujourd’hui. Pour ne pas dire qu’ils n’ont fait que s’enrichir sur le dos des Planteurs. Nous sommes des agriculteurs, donc nous connaissons le fruit de l’arbre que M. le ministre a planté à travers M. Koffi qui du reste est incompétent pour la gestion de la filière hévéa ».

L’orateur a, par ailleurs, rappelé que pour le bien-être des planteurs de la filière, sur recommandation du président de la République, des propositions ont été faites à leur tutelle le 5 Novembre 2015. Mais, a-t-il réagi, « nous constatons que le Ministre a nommé Koffi Fulgence et autres, pour proposer des solutions ». Avant de lancer cet appel, en guise d’avertissement aux autorités ivoiriennes : « Nous faisons appel à Son excellence le Président ou au Premier ministre pour prendre en main le problème des planteurs d’hévéa. Nous rappelons que si rien n’est fait jusqu’au 15 décembre 2015, nous allons déposer un préavis de grève afin de paralyser le pays en janvier 2016. Car, on nous a trop volés »

Claude DASSE




Côte d'Ivoire secteur don conférence de presse Agriculture agricole agriculteurs sein Côte d’Ivoire ivoirien

Articles similaires