Déguerpissement des emprises autour de l'aéroport : Adjouffou et Gonzagueville ne sont pas concernés

  • Source: fratmat.info
  • Date: lun. 27 janv. 2020
  • Visites: 2567
  • Commentaires: 0

Les populations des quartiers d'Adjouffou et de Gonzagueville peuvent dormir tranquilles. En tout cas, pour le moment. Contrairement aux rumeurs, elles ne sont pas concernées par l'opération de déguerpissement, décidée par le gouvernement, à la suite du décès d'un élève de 14 ans, dans le puits du train d'atterrissage d'un avion Boeing 777-300 ER d'Air France reliant Abidjan à Paris. L'assurance en a été donnée, le samedi 25 janvier, par le ministre des Transports, Amadou Koné, au cours d'une conférence de presse à son cabinet, au plateau. « Les populations d'Adjouffou et de Ginzagueville ne sont pas concernées par l'opération. Il ne s'agit pas de déguerpir tout le monde. Il n'y a pas de quoi paniquer », a-t-il lancé. Le ministre a aussi précisé que l'opération de déguerpissement s'étendra sur 200 mètres au total, autour de la clôture de l'aéroport. « L'opération se fera en deux étapes. La première, qui a débuté depuis le 23 Janvier, concerne les logements construits à moins de 50 mètres de la clôture de l'aéroport. Cette première étape se poursuivra cette semaine et prendra fin dans quelques jours. La seconde étape qui porte sur les 150 mètres restant, débutera début mars. Le gouvernement a décidé d'accorder 45 jours aux personnes concernées, pour s'organiser et s'en aller. Mais une fois ce délai passé, tous les bâtiments construits à moins de 200 m de la clôture seront rasés. Sauf les écoles et centre de santé, s'il y en a », a-t-il poursuivi. Il a aussi insisté sur la détermination du gouvernement à mettre en œuvre sa décision. « Le gouvernement est déterminé à aller jusqu'au bout. Nous n'allons pas abandonner. C'est une question de sécurité. C'est aussi une question de responsabilité. C'est un endroit de fragilité, en termes de sécurité. Je rappelle que des avions se sont déjà écrasés dans la zone. On ne va pas contrarier ce plan. Dans la vie, il faut toujours traiter ce qui peut vous créer des problèmes. Si je ne prends aucune mesure, et qu'il y a un autre drame, je ne serai pas pardonnable », a-t-il insisté.

Le ministre des transports a par ailleurs rappelé que la zone aéroportuaire qui s'étend sur 3700 ha est une propriété de l'Etat de Côte d'Ivoire, et non d'un individu ou un group (...)

Lire la suite sur fratmat.info


Air France Amadou Koné Côte d'Ivoire Abidjan Paris gouvernement logements Boeing déguerpissement