Rodrigo ALIER, Manager régional Afrique de Glovo

  • Source: GLOVO
  • Date: jeu. 29 août 2019
  • Visites: 680
  • Commentaires: 0

« Nous sommes fiers d'Abidjan »

Présent en Côte d'Ivoire depuis quatre mois, l'entreprise espagnole « Glovo », application de livraison à la demande, a décidé de faire le bilan de ses activités. Le Mercredi 28 Août à Abidjan, Educarriere a échangé avec son manager régional Europe et Afrique, Rodrigo Atiev pour en savoir davantage sur la politique de développement de « Glovo » en Côte d'Ivoire, notamment dans les services qu'elle propose aux ivoiriens.

En quatre mois de présence à Abidjan, quel bilan pouvez-vous faire ?

Pour les quatre premiers mois, nous sommes très heureux, parce que Abidjan a dépassé toutes nos attentes. Nous remarquons que dans nos chiffres, nous impactons environ 1 000 personnes tous les jours, à savoir les vendeurs, les boutiques, les clients et les Glovers qui se font des revenus grâce à cette activité. Nous sommes fiers d'Abidjan et espérons faire mieux jusqu'à la fin de l'année, parce que nous allons beaucoup investir dans le marketing et les opérations afin que Glovo soit dans les habitudes des ivoiriens », a indiqué le manager régional Europe et Afrique de Glovo, Rodrigo Atiev.

Comment se fait le recrutement des livreurs ?

Glovo est une entreprise qui est basée sur les opérations. Nous essayons d'y maximiser notre efficacité, et pour cela, nous avons une équipe locale qui est focus sur le recrutement des livreurs (Gloveurs). Nous avons deux points importants dans le processus de recrutement. Il y a d'abord la flexibilité, c'est-à-dire le livreur qui va travailler pour Glovo est un indépendant, et doit boucler ses heures selon son emploi du temps. Cela lui permet d'avoir des revenus en plus de ses autres activités. C'est donc important pour nous que le livreur ait cette flexibilité pour qu'il ait plus de revenus. Ensuite, la rémunération que nous leur versons est aussi importante. Nous leur permettons d'avoir une rémunération un peu plus élevée par rapport aux autres évoluant dans la même activité.

Nous les recrutons sur les réseaux sociaux, nous en parlons aussi beaucoup autour de nous. Il y a également le bouche à oreille, nous avons aussi des Glovers ambassadeurs qui se charge de faire du relais d'information dans leur communauté. Nous encourageons donc ceux qui sont déjà à Glovo et qui ont apprécié leur expérience à envoyer d'autres personnes.

Quel peut-être alors l'apport de Glovo dans la résolution de la problématique de l'emploi en Côte d'Ivoire ?

 Nous avons en tout 12 employés au siège de Glovo et jusqu'à la fin de l'année, nous espérons atteindre 20 employés. Pour les Gloveurs (livreurs), nous sommes à plus de 250 actuellement qui travaillent avec Glovo et qui se font de l'argent. Pour ce qui est de la problématique de l'emploi, lorsque nous arrivons sur un nouveau marché, nous investissons énormément et ce sont des opportunités de revenus que nous offrons aux Gloveurs, aux partenaires (boutiques, vendeurs, etc.) et notre objectif à nous est de localiser au maximum notre activité et cela nous permet d'avoir un message qui touche tout le monde et qui montre que Glovo est la super application qui a tout en un, la nourriture, le courrier et bien d'autres chose que nous livrons en 45 minutes.

L'application est-elle fonctionnelle dans toutes les communes d'Abidjan ?

Dans les deux à trois prochaines semaines, nous serons dans toute la grande ville d'Abidjan. Après cela, nous essayerons de voir les opportunités que nous aurons avec les autres villes de l'intérieur de la Côte d'Ivoire.

Propos recueillis par Anthony NIAMKE




Côte d'Ivoire Abidjan Afrique Europe emploi


Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour

Magazine