Signature à Abidjan d'un mémorandum d'entente entre l'AIGF et l'ANAC pour une meilleure sécurité aérienne

  • Source: APA
  • Date: mer. 01 mai 2019
  • Visites: 868
  • Commentaires: 0
L'Agence ivoirienne de gestion des fréquences radioélectriques (AIGF) et l'Autorité nationale de l'aviation civile (ANAC) ont signé, mardi à Abidjan, un mémorandum d'entente pour une meilleure gestion des fréquences pour la navigation aérienne, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Ce document qui sera « très utile » à l'audit de l'Autorité nationale de l'aviation civile de Côte d'Ivoire prévu en juin prochain par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), a été paraphé par le Directeur général de l'AIGF, Yacouba Coulibaly et son homologue de l'ANAC, Sinaly Silué.

A travers ce mémorandum d'entente, les deux structures ont posé un « acte formel qui va régir désormais leurs relations» afin de travailler dans un « cadre formel et rationnel».

L'AIGF est une société d'Etat sous la tutelle du ministère de l'Economie numérique et de la poste avec pour objet, la gestion des fréquences radioélectriques qui constituent des ressources rares faisant partie du domaine public de l'Etat.

L'une de ses missions est d'assurer la planification, l'attribution et le contrôle des fréquences radioélectriques en veillant aux besoins des administrations et des autorités affectataires.

« C'est dans ce cadre qu'elle est emmenée à travailler avec l'ANAC qui est l'affectataire, donc le gestionnaire sectoriel, des fréquences pour la navigation aérienne », a expliqué le Directeur général de l'AIGF, Yacouba Coulibaly.

Poursuivant, il a relevé la « responsabilité commune majeure » des deux structures pour « l'assignation des fréquences aéronautiques, la collecte et l'échange des données, la facturation et la gestion des obstacles à la navigation aérienne ».

« Nos deux structures réaffirment en ce jour, le choix stratégique d'une gestion optimale, transparente, efficace et efficiente du spectre de fréquences radioélectriques, dans le respect du cadre règlementaire », a ajouté M. Coulibaly.

Par ailleurs, le Directeur général de l'AIGF a promis que sa structure s'engage à veiller à la disponibilité de la ressource spectrale pour ainsi contribuer à la sécurité aérienne.

« L'avion est aveugle. Seules les fréquences lui permettent de se déplacer en toute sérénité dans les airs grâce à des équipements radioélectriques établissent la communication au sol et dans les airs. L'objectif final étant de garantir la sécurité des usagers des voies aériennes », a-t-il ajouté.

Selon lui, cette sécurité passe par un assainissement des fréquences aériennes, en contrôlant de façon assidue le spectre, en détectant toute activité pouvant brouiller le signal.

Organe compétent en matière de politique aéronautique et de surveillance de l'aviation civile ivoirienne, l'ANAC est une organisation aéronautique nationale dépendant du ministère des transports.

«Il faut noter que sans fréquence, il n'y a pas d'aviation tant au niveau du guidage des avions que l'assistance météorologique. Tout le monde travaille avec des fréquences. Cela  veut dire que l'ANAC a des relations privilégiées avec l'entité qui gère les fréquences en Côte d'Ivoire, notamment l'AIGF », a souligné le Directeur général de l'ANAC, se félicitant qu'il « était bon que ce cadre de travail soit formalisé dans un accord de façon à ce qu'il n'y ait pas de dispersion d'efforts et que tout soit fait en harmonie pour plus d'efficacité ».

Revenant sur le rôle de l'AIGF, son Directeur général (...)

Lire la suite sur APA


Côte d'Ivoire Abidjan Yacouba



Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les appels d'offre

Magazine