Lutte contre le racket : Ange Kessi ordonne la destruction de tous les barrages illégaux, son message ferme transmis à des commandants d'unité, voici la liste des 33 barrages officiels


Ange Kessi instruit les éléments de l'Unité de lutte contre le racket de détruire tous les barrages illégaux sur le territoire ivoirien
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 07 nov. 2018
  • Visites: 707
  • Commentaires: 4

Dans son combat permanent pour l’assainissement du milieu des forces de défense et de sécurité ivoirienne, le procureur militaire Ange Kessi a décidé de s’attaquer impitoyablement au phénomène du racket en Côte d’Ivoire. A ce titre, et faisant siens les lois et règlements en la matière, le commissaire du gouvernement vient de prendre une décision ferme : la levée et la destruction de tous les barrages illégaux qui pullulent sur le territoire ivoirien.

Dans une note à la presse, dont copie est parvenue à linfodrome.ci, le chef du Parquet militaire explique sa décision. « Le parquet militaire est chargé de faire appliquer les lois et règlements et garantir l’ordre public militaire. Nous ne pouvons accepter que toute la société militaire soit salie et discréditée à cause du comportement de certains nostalgiques des pratiques barbares, honteuses et infamantes qui détruisent la confiance et l’adhésion du peuple à son armée ». Joignant l’acte à la parole, le colonel major Ange Kessi a transmis un message ferme au commandant de l’unité de lutte contre le racket avec prescription aux commandants de Légions, de compagnies et de brigades de gendarmerie, ainsi qu’aux Préfets, chefs de districts et commissaires de police chefs d’arrondissements.

A ces ampliataires, le Commissaire du Gouvernement demandent de « prêter main forte à l’Unité de lutte contre le racket dans l’exécution du Soit Transmis décerné au nom de la loi ».

Ange Kessi, dans ce Soit transmis adopte une fermeté dans le ton, donnant un élan très répressif contre les forces de l’ordre qui se hasarderaient à narguer l’autorité à l’initiative de la création de l’unité de lutte contre le racket, en continuant de s’adonner à ce phénomène. Lequel, s’indigne-t-il, tend à devenir une « gangrène » pour l’économie et la société.

Le chef du Parquet militaire, en engageant les forces habilitées à tous les barrages illégaux, rappelle qu’il n’existe que 33 barrages autorisés par le gouvernement depuis 2012 sur l’ensemble du territoire ivoirien.

Il a dénoncé des pratiques de certains gendarmes qui, pour contourner l’interdiction, se prévalent des visites de secteu (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook