Université Houphouët-Boigny : la CNEC exige le « paiement intégral » des heures complémentaires

  • Source: APA
  • Date: mer. 10 oct. 2018
  • Visites: 644
  • Commentaires: 1
La Coordination nationale des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d'Ivoire (CNEC) exige le « paiement intégral » des heures complémentaires de 2016-2017, avant toute reprise des cours à l'Université Félix Houphouët-Boigny (publique), a dit mercredi à APA son secrétaire général, Johnson Kouassi.

Le mot d’ordre de grève, lancé « depuis le mardi 18 septembre » 2018 « suit son cours », a déclaré Johnson Kouassi, ajoutant « nous voulons un paiement intégral » des heures complémentaires de 2016-2017.

« Jusqu'à hier soir (mardi), les doyens d’UFR (Unité de formation et de recherche) nous rencontraient », a fait savoir le secrétaire général de la CNEC, affirmant que « les discussions continuent mais on ne s’est pas encore entendu ».

Cet arrêt de travail observé par le principal syndicat des enseignants du supérieur et des chercheurs est dû au « non paiement des heures complémentaires de 2016-2017 et le non respect du mode de calcul de ces heures », rapporte M. Kouassi.

Le point d’achoppement, dira-t-il, est que « la direction (de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan) a mal calculé les heures complémentaires ou a coupé des heures aux enseignants », ce qu' « elle ne reconnaît ».

« Ce n’est pas pour la première fois (…) on a toléré certaines choses et ça devient une habitude. Donc, on ne va pas tolérer cette foi », et ce, « tant que les gens ne sont pas rentrés dans leur droit », a-t-il prévenu.

L’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, située dans l’Est d’Abidjan, est la plus grande du pays. Les cours, suspendus depuis trois semaines, pourraient jouer sur (...)

Lire la suite sur APA