Le MIDD dénonce le recrutement des instituteurs adjoints


Le secrétaire général national du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), Mesmin Komoé (Photo d'archives)
  • Source: AIP
  • Date: jeu. 12 janv. 2017
  • Visites: 4939
  • Commentaires: 6

Le secrétaire général national du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), Mesmin Komoé, dénonce le recrutement des instituteurs adjoints, titulaires du Bepc, décidé par le gouvernement qui risque, dit-t-il, "d’altérer gravement la qualité de l’éducation" .

Pour le secrétaire général national du MIDD, seuls les candidats titulaires du diplôme du baccalauréat de l'enseignement secondaire étaient autorisés à concourir à l'entrée dans les Cafop , conformément à un audit technique qui stipulait que ce recrutement entravait la qualité de l'éducation.

Mesmin Komoé se dit surpris qu’un tel projet soit envisagé, alors que toute la communauté éducative, consultée, à l’occasion de la validation du plan décennal éducation 2016/ 2025, l’avait rejeté. Pour le MIDD, " cette forme de raccrochage déguisé avec un salaire plus bas" contredit, selon lui, les conclusions du conseil des ministres du 10 octobre 2012, " qui stipulait que le relèvement du niveau de recrutement des enseignants garantissait aux apprenants une formation de qualité et un meilleur du taux de réussite dans l’enseignement préscolaire et primaire",.

Le concours de recrutement des instituteurs adjoints (IA) avait été suspendu en Côte d’Ivoire il y a quatre ans, avant d'être réactivé par le gouvernement en2017. Près 5000 instituteurs adjoints doivent être recrutés au titre de l'année 2017 - 2018, souligne-t-on.

Nmfa/kp




Educarriere sur Facebook