Noix de cajou : Reportage sur l'un des grands succès de la Côte d'Ivoire


Olam a ouvert en 2012 la principale usine de transformation de la noix, à Dabakala.
  • Source: jeuneafrique.com
  • Date: mer. 08 avr. 2015
  • Visites: 1916
  • Commentaires: 0
En vingt ans, la Côte d'Ivoire s'est imposée comme le deuxième producteur mondial de noix de cajou, derrière l'Inde mais devant le Brésil d'où est originaire ce fruit. Le magazine Réussite vous emmène à la découverte de cette culture, qui suscite un engouement croissant.

Au départ, les plantations d'anacardier servaient à stopper l'avancée du désert dans le nord de la Côte d'Ivoire. Mais les agriculteurs ont rapidement décelé l'opportunité que représentait l'amande de la plante: la noix de cajou. Aujourd'hui, la la Côte d'Ivoire s'est imposée comme le deuxième producteur mondial de l'anacarde.

Pour découvrir cette noix surnommée le "café-cacaco du nord", direction Odienne, la capitale du nord ouest de la Côte d'Ivoire. Les caméras de "Réussite" ont suivi les agriculteurs qui cultivent l'anacardier et les industriels qui transforment le produit pour le rendre comestible.

Industrialisation

Malgré la faible qualité de la noix ivoirienne, vendue 60% moins cher que la noix asiatique, les investissements affluent. En 2012, le singapourien Olam, qui représente environ 10% de la production du pays, a ouvert sa plus grosse usine en Côte d'Ivoire, à Dabakala...

Lire la suite sur jeuneafrique.com




Côte d'Ivoire Dabakala Brésil anacarde noix de cajou café ivoirien





Educarriere sur Facebook