La FESCI exige une enquête suite à des ''représailles'' contre des étudiants à Bouaké

  • Source: APA
  • Date: mer. 27 avr. 2022
  • Visites: 785
  • Commentaires: 0

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) exige une enquête suite à des "représailles aux actions de revendication menées par les élèves et étudiants de Bouaké pour exiger de meilleures conditions d'étude", dans une déclaration. 

Des heurts ont déclenché mardi à Bouaké, la métropole du centre ivoirien, au deuxième jour d'une grève du Comité des élèves et étudiants de Côté d'Ivoire (CEECI) pour dénoncer notamment l'insuffisance d'infrastructures et d'enseignants.

Les étudiants, membres du CEECI, qui tentaient de déloger, aux environs de 8h (GMT, heure locale) les élèves des différents lycées et collèges de la cité, ont été empêchés par les forces de l'ordre qui les ont traqués jusque sur le campus.

Suite à l'irruption des forces de l'ordre, police et gendarmerie, sur le campus 1 de l'Université Alassane Ouattara de Bouaké (publique), des échauffourées ont éclaté, occasionnant des dégâts matériels et de nombreux blessés.

 

Selon la FESCI, "le bilan provisoire de cette expédition guerrière digne d'un autre âge, fait état de plusieurs chambres fracassées et vendalisées avec des affaires personnelles d'étudiants emportées (téléphones, ordinateurs portables et autres)".

En outre, des élèves et étudiants ont été "tabassés à coup de matraque et crosse de fusils; de nombreux blessés par les tirs de gaz lacrymogènes, des motos emportées et d'autres endommagées et des étudiantes et étudiants arrêtés". 

La FESCI, le principal syndicat des élèves et étudiants de Côte d'Ivoire, exige la mise en place d'une Commission spéciale d'enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire et situer toutes les responsabilités, conclut la déclaration.

 

AP/ls/APA




Alassane Ouattara FESCI Côte d'Ivoire Bouaké gendarmerie police ivoirien



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour