En meeting à Cocody, hier : Affi N'Guessan : « Que le gouvernement dise la vérité sur la santé de Ouattara » - Les autres meetings de la tournée dans le District d'Abidjan annulés

  • Source: L'Inter
  • Date: jeu. 20 fév. 2014
  • Visites: 4102
  • Commentaires: 1
Le président du Front populaire ivoirien a demandé, hier mercredi 19 février, au gouvernement de ne pas avoir peur de dire la vérité sur l'état de santé du chef de l'Etat, Alassane Ouattara, qui a été opéré d'une sciatique dans la matinée du 8 février dernier à Paris.

C'était au cours d'un meeting à Anono, dans la commune de Cocody. La vérité sur la maladie du président de la République devrait, selon Affi N'Guessan, mettre fin aux rumeurs qui ont cours actuellement en Côte d'Ivoire et partout dans le monde. «Il faut que le gouvernement nous rassure. Qu'il dise la vérité au peuple sur la santé du chef de l'Etat. S'il est malade et incapable de gouverner, qu'on nous le dise parce que maintenir le peuple dans l'opacité est source de rumeurs. Le gouvernement a intérêt à dire dans quel état il se trouve en ce moment. Nous voulons des informations fiables et vérifiables», a-t-il dit.

L'ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo a, par ailleurs, annoncé qu'une rencontre avec l'actuel Premier ministre Kablan Duncan a été demandée afin que le FPI et les Ivoiriens ne soient pas surpris. «L'histoire nous montre que le persécuteur est fatigué», a ajouté l'orateur, indiquant même que la résistance du FPI a épuisé l'énergie du régime. «Il ne faut jamais se morfondre dans les difficultés ; il faut faire en sorte que notre cause triomphe. Aujourd'hui, le régime se cherche. Entre 2011 et 2014, le FPI a avancé et le régime a reculé. En 2011, le FPI ne pouvait pas organiser de meetings. Si on le fait en 2014, cela signifie que le parti avance et que le pouvoir recule», a fait comprendre le président du FPI.

Face à cette nouvelle situation dans laquelle le FPI se trouve désormais, Affi N'Guessan a demandé une seule chose aux militants. Il les a invités à aller à la réconciliation dans l'intérêt de la Côte d'Ivoire. «La réconciliation est le premier devoir des Ivoiriens actuellement. Le chantier le plus important, c'est la réconciliation. Que ceux qui ont en charge la gestion actuelle du pays le comprennent», a expliqué l'hôte de la fédération FPI d'Abidjan-Lagunes. Et d'ajouter: «une réconciliation vraie avec bien sûr le président Laurent Gbagbo. C'est l'absence de Gbagbo qui est le problème de la réconciliation. Il faut que les gens comprennent que sa sortie de prison va booster la réconciliation». Evoquant la vie du parti, Affi a fait savoir que le parti créé par Laurent Gbagbo est dans une nouvelle dynamique. Pour lui, le temps des pleurs et souffrances a fait place aujourd'hui à l'espérance. Il a donc demandé aux militants de sécher leurs larmes et de reprendre le c (...)

Lire la suite sur L'Inter


Côte d'Ivoire monde don Abidjan énergie Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Affi N'Guessan Kablan Duncan Front populaire ivoirien FPI Cocody Paris réconciliation gouvernement information santé




Educarriere sur Facebook