Anzhi Makhachkala : Samuel Eto'o est à vendre !

  • Source: Afrik.com
  • Date: vend. 09 août 2013
  • Visites: 2745
  • Commentaires: 1
Diminué par des problèmes de santé, Suleiman Kerimov, propriétaire de l'Anzhi Makhachkala, a décidé de réduire drastiquement et immédiatement son engagement financier auprès du club du Daguestan. Les stars du club ont été invitées à faire leurs valises. Premier visé : Samuel Eto'o et ses 20,5 millions d'euros annuels.

La rumeur n'était donc pas infondée. Début juillet, il se murmurait que Samuel Eto'o, joueur le mieux payé au monde avec des émoluments qui atteignent 20,5 millions d'euros par an, a été prié par l'Anzhi Makhachkala, son club depuis deux ans, de prolonger moyennant un salaire divisé par trois... ou d'aller voir ailleurs. Le tout à un an du terme de son contrat. Mercredi, Konstantin Remchukov, président délégué du club russe, a confirmé sur son compte Twitter que l'heure était à l'austérité dans le Daguestan.

"Nombre de nos coûteuses vedettes vont quitter l'Anzhi, et le budget du club va baisser de 50-70 millions de dollars par an", a indiqué le dirigeant. En cause : les ennuis de santé de Suleiman Kerimov, le propriétaire du club depuis janvier 2010. En trois ans, le milliardaire russe a pourtant bâti une véritable équipe de stars, à coups de millions de dollars. Outre Eto'o, Yuri Zhirkov de Chelsea, Lassana Diarra du Real Madrid ou encore Wilian du Shakhtar Donetsk ont, entre autres, rejoint le Daguestan.

Problèmes de santé

Victime d'une perte importante en bourse (500 millions d'euros) et affaibli par des ennuis de santé, Suleiman Kerimov a donc décidé de fermer le robinet. "Les médecins ont dit que les émotions négatives provoquées par le football mettent sa vie en danger", a ajouté Konstantin Remchukov.

Cette saison, les joueurs qu'il paie si grassement n'ont d'ailleurs rien fait pour épargner sa santé. Incapable de remporter la moindre victoire, l'Anzhi pointe au treizième rang du championnat russe, avec deux points en quatre journées.

Echec sportif

Malgré les centaines de millions d'euros injectés depuis deux ans, le club n'a jamais rencontré le succès sportif escompté. La démission de Guus Hiddink en juillet a sonné comme un désaveu.

Le premier visé par la politique d'austérité est naturellement Samuel Eto'o, prié d'aller voir ailleurs. A 32 ans, le Lion Indomptable ne rebondira vraisemblablement pas dans un club de premier plan. Et il devra sans doute faire une croix sur son salaire mirobolant. En début d'été, Botafago au Brésil ainsi que Fenerbahçe et le Besiktas en Turquie se sont montrés intéressés par sa venue.

Eto'o ne croule pas sous les propositions

Parmi les prétendants, seul le Fener est en mesure d'offrir une participation à la Ligue des champions à l'attaquant camerounais, auteur de deux buts cette saison. Mais le deuxième du dernier championnat de Turquie possède déjà un secteur offensif bien garni avec Moussa Sow, Pierre Webo et Emmanuel Emenike, qui va rejoindre le club. Eto'o a donc peu de chance de débarquer sur les rives du Bosphore. Mais qu'il se rassure, l'Anzhi a promis d'aider ses vedettes à trouver une porte de sortie.

La grande braderie a déjà commencé. Dès mercredi, Igor Denisov, Yuri Zhirkov et Aleksandr Kokorine, débarqué début juillet et présenté comme un concurrent pour Eto'o, ont rejoint le Dinamo Moscou. D'autres devraient rapidement leur emboîter le pas, notamment les Marocains Mehdi Carcela-Gonzalez,, déjà sur le départ, et Mbark Boussoufa, le Congolais Christopher Samba et l'Ivoirien Lacina Traoré.


football Samuel Eto'o Real Madrid Chelsea Maroc Brésil Congo Turquie budget



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour