Côte d'Ivoire : « Refondre l'enseignement est une solution durable au chômage des jeunes »

  • Source: jeuneafrique.com
  • Date: sam. 01 juin 2019
  • Visites: 970
  • Commentaires: 0
Chômage, sous-emploi, formation professionnelle. Le ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse et de l'Emploi des jeunes, Mamadou Touré, a accepté de revenir pour Jeune Afrique sur les dossiers qu'il gère depuis sa nomination en juillet 2018.

Plus jeune ministre du gouvernement Gon Coulibaly II, le très médiatique Mamadou Touré, 43 ans, est ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l'Emploi des jeunes depuis juillet 2018. Membre du Rassemblement des républicains (RDR), il connaît bien la problématique du chômage des jeunes ivoiriens puisqu'il a successivement occupé les postes de conseiller technique chargé de la jeunesse à la présidence, secrétaire d'État à l'Enseignement technique puis à la formation professionnelle. De passage à Paris le 24 mai dernier, à l'occasion d'une rencontre organisée sur l'emploi décent par l'Agence française de développement (AFD), il revient sur les besoins en formation d'un pays où 30 % des actifs sont surqualifiés pour l'emploi qu'ils occupent et où les jeunes diplômés sont les plus touchés par le chômage.

Il y a quelques jours, la Banque mondiale a annoncé le décaissement de soixante milliards de FCFA pour le financement du Projet emploi jeune et développement des compétences (Pejedec). Quand disposerez-vous de cet argent et comment va-t-il être utilisé ?

En 2011 nous avons eu le premier Pejedec qui a coûté à peu près 50 millions de dollars et bénéficié a à peu près 27 000 jeunes. Un deuxième est intervenu en 2015 pour la même somme et a bénéficié à 31 000 jeunes. Les soixante milliards de francs CFA viennent en appui additionnel. Pour cette phase, nous allons commencer la formulation d'un programme et de projets jusqu'en fin d'année. Ce qui a été annoncé est l'accord de la Banque mondiale pour cet appui additionnel qui double le montant injecté jusqu'à présent dans ce programme. Cela dénote la réussite des deux premiers programmes qui ont bénéficié à près de 60 000 jeunes. Je pense que ce financement devrait être effectif en 2020 ou 2021.

Lorsque vous dites que le programme a bénéficié à 60 000 jeunes, qu'est-ce que cela veut dire concrètement ?

Des jeunes placés en stage, en apprentissage ou accompagnés pour devenir des entrepreneurs.

Vous avez affirmé que d'ici 2020, 500 000 jeunes trouveront un stage ou une formation grâce au Pejedec. N'est-ce pas trop ambitieux ?

Je ne parlais pas que de ce programme. L'axe 4 du programme social du gouvernement traite de tout ce qui concerne l'insertion et l'autonomisation des jeunes. Dans ce cadre, l'objectif est de permettre à 500 000 jeunes d'accéder à des stages, de développer des activités génératrices de revenus, pour de participer àdes formations qualifiantes ou à des travaux à haute intensité de main d'œuvre. Concernant les stages, sur 200 000 jeunes, 54 000 vont bénéficier d'ici 2020 de stages de pré-emploi c'est-à-dire des stages en entreprise leur apportant une qualification. Et 150 000 autres seront en stage de fin d'étude. C'est l'ensemble des programmes de stages, de travaux à haute intensité de main d'œuvre, de financement de projets et de formations complémentaires qualifiantes qui doit nous permettre d'atteindre 500 000 jeunes au total d'ici 2020. Le secteur privé est au cœur de la stratégie et nous travaillons actuellement avec les entreprises pour définir le nombre précis d'opportunités qu'elles peuvent offrir pour les deux ans à venir.

Le chômage des jeunes et le sous-emploi est le résultat de dix ans de contexte politique agité. Aujourd'hui, quel rôle peuvent jouer les entreprises pour combler l'absence de formation pendant cette période ?

Chaque acteur doit jouer pleinement son rôle. La responsabilité de l'État vis-à-vis des entreprises est de créer les conditions favorables à leur épanouissement. Cela passe par l'amélioration du climat des affaires et des mesures fiscales incitatives pour certaines entreprises qui embauchent des jeunes.

Au-delà du (...)

Lire la suite sur jeuneafrique.com


Gon Coulibaly Mamadou Touré RDR Paris Afrique Banque mondiale gouvernement chômage emploi



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour

Magazine