ft-ad_1
Société

Grève dans les préfectures et sous-préfectures : Des enseignants et des briseurs du mouvement menacés

post-img

''Je voudrais interpeller certains enseignants ( les instituteurs) de Guiglo et M'batto qui continuent de travailler à saboter notre lutte, d'arrêter. Le synamici ne sera pas responsable de ce qui va leur arriver. Par ailleurs, nos camarades qui travaillent pendant que nous sommes tous en grève, seront traités comme nos pires ennemis. Exemples, Korhogo (préfecture et sous préfecture) et Prikro(préfecture et sous préfecture)''.

C’est le message signé du secrétaire général national du Syndicat des agents du ministère de l’intérieur (Synamici), Yves Désiré Séry, sur sa page facebook, le dimanche 18 novembre 2018. Ce syndicat a entamé, faut-il le rappeler, une grève illimitée, le lundi 5 novembre 2018.

Par ailleurs, le Synamici a rencontré le Conseil national du dialogue social (Cnds), mercredi. Dépendant du ministère de la Fonction publique, ce Conseil attend de faire le rapport à la tutelle, pour des prises de décisions.

A relire: ville-une-greve-illimitee-annoncee" target="_blank">Education nationale : L'école paralysée le vendredi à Agboville, une grève illimitée annoncée

Rappelons que les agents grévistes exigent la signature du décret portant création de la police préfectorale, et un statut garantissant l’emploi des gens (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


ville lutte Korhogo Guiglo Prikro emploi police Fonction publique

Articles similaires