Endettement continu de la Côte d'Ivoire, A quoi a servi le PPTE ?


(Photo d'archives)
  • Source: poleafrique.info
  • Date: mer. 12 juil. 2017
  • Visites: 1373
  • Commentaires: 0
Le taux d'endettement extérieur de la Côte d'Ivoire va crescendo et inquiète. A environ 42%, le Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly, avait au cours de sa conférence de presse post-tournée Eurobond, rassuré sur la bonne tenue du taux d'endettement qui est en dessous, a-t-il indiqué, du seuil communautaire prescrit.Toutefois, on ne peut s'empêcher de se poser la question de l'utilité de l'initiative pays pauvre très endetté (PPTE) dans l'économie ivoirienne qui a permis l'allègement de la dette extérieure du pays de 4.4 milliards de dollars. A quoi a servi ce souffle d'oxygène financier?

Le 30 juin 2012, la Côte d’Ivoire a atteint un point d’achèvement de l’initiative PPTE qui a permis l’allègement de 60% de sa dette extérieure, car le pays était dans une situation de surendettement. Mais, cinq ans après l’épuration de sa dette, le taux d’endettement  extérieur du pays ne fait que croître. Et inquiète à nouveau même si le gouvernement se veut toujours rassurant.

L’Eurobond de  début juin situe la  dette de la Côte d’Ivoire à 41,9%.Un pays est surendetté, quand sa dette représente 70% de son produit intérieur brut (PIB), selon la norme établie par l’Union économique monétaire Ouest Africaine (UEMOA) tandis que sur le plan international, le seuil se situe à 49%. Donc bien en-deçà du taux d’endettement communautaire.

Pourquoi après tant d’espoir suscité par le programme PPTE, la Côte d’Ivoire se retrouve à un tel niveau d’endettement ?

« Il n’y a pas de rapport entre le PPTE et le nouvel endettement.  Le  PPTE est un traité de réinvestissement de la dette (ancienne) dans les secteurs prioritaires (enseignement, sécurité, éducation et santé). Les endettements nouveaux sont principalement consécutifs à la politique de développement du gouvernement actuel dénommé « émergence et programme présidentiel d’urgence (PPU) ». Cette politique nécessite des fonds qui sont achetés avec des institutions financières ou avec des investisseurs privés. Des intérêts conséquents sont adossés à ces capitaux ce qui explique leur hausse. Le taux d’endettement est élevé parce que les investisseurs financiers savent que nous sommes en pleine activité d’investissement. Le marché nous fait payer le prix de l’argent au prix fort », soutient l’ivoirien Maxime Sako, consultant en Economie, joint par PoleAfrique.info.

Un nouveau risque de surendettement ?

Au regard de ce tableau alarmant que présente la dette extérieure du pays, doit-on encore craindre un risque de surendettement ?

A cette question, le Directeur général du trésor et de la comptabilité publique, Jacques Konan Assahoré est sans ambages. «La Côte d’Ivoire s’est inscrite dans une démarche prudente et efficiente de  gestion de sa dette et ne court aucun risque de surendettement à ce jour au regard des résultats économiques et des  mesures prises pour renforcer la stabilité macroéconomique », a-t-il rassuré, lors d’une conférence le 23 juin dernier.

Pour Maxime Sako, la véracité de cette information d’endettement ne dépend pas uniquement de l’administration ivoirienne mais bien des instances de l’UEMOA. « Cependant d’un point de vue  d’abord financier, il serait opportun et même nécessaire de réévaluer et même de redéfinir un nouveau taux d’endettement », estime l’économiste. Avant d’interroger  « Où en sont les signes ?, les retombées des prêts constituent donc la problématique. D’un point de vue économique, ces endettements sont- ils créateurs de valeurs ou d’emplois ? Quelle instance traite du taux d’endettement,  est-elle une instance libre ou est-elle inféodée à un ministère donc au pouvoir exécutif ? Nous parlons de dettes souveraines, il serait  opportun de rattacher cette instan (...)

Lire la suite sur poleafrique.info



Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook