Le gouvernement muet sur l'accord trouvé avec les mutins par devoir de responsabilité (porte-parole)

  • Source: AIP
  • Date: mer. 17 mai 2017
  • Visites: 1490
  • Commentaires: 0

Le choix opéré par le gouvernement de tenir secret les détails de l’accord financier conclu avec les soldats mutins, suite à leur dernier mouvement, obéit à une logique de « responsabilité » qu’il laisse volontairement prévaloir sur le droit certes légitime des populations à l’information, a expliqué mercredi, son porte-parole, Bruno Nabagné Koné, se félicitant du dénouement heureux de cette crise.

« Je dirai qu’avant le devoir de transparence, il y a le devoir de responsabilité. Si la transparence va créer plus de problème, autant rester sur le devoir de responsabilité », a répondu M. Nabagné  Koné, face à la préoccupation qui taraude nombre de ses concitoyens quant au montant exact promis aux soldats ayant paralysé le pays pendant quatre jours.

Il a, par ailleurs, rappelé le caractère particulier des affaires concernant les armées et qui partout dans le monde requiert le secret. « Ce n’est pas de la cachotterie, ce n’est pas qu’on ne veut pas informer les populations. Il s’agit de questions militaires et partout dans le monde, ces questions sont traitées avec une grande confidentialité. C’est le cas ici », a traduit le porte-parole du gouvernement.

« C’est l’approche pris aujourd’hui par le gouvernement d’avoir une posture responsable qui préserve la marche en avant de la nation, qui préserve des pertes en vies humaines, qui préserve des blessés supplémentaires », a-t-il insisté,  avant de se féliciter du dénouement heureux de la crise et qui pour lui, est plus important que tout autre supputation.

Le ministre Nabagné Koné a traduit notamment sa satisfaction quant  au choix opéré par le gouvernement de privilégier le dialogue. « Choisir de discuter était la meilleure option parce que cela a permis le retour des militaires en caserne, cela a permis la reprise de l’activité économique. C’est ce qui était visé et je pense que les populations  apprécient.  Le gouvernement dit sa satisfaction. Les mutins disent eux même leur satisfaction.  C’est que tout le monde a gagné. C’est tout le pays qui a gagné et cela est beaucoup plus important », a-t-il laissé entendre.

Des soldats mécontents ont bruyamment manifesté, avec des tirs en l’air, de vendredi à lundi  dans plusieurs villes, perturbant fortement les activités. Ces militaires intègrent un contingent fort de 8400 hommes ayant conduit une mutinerie au mois de janvier.

Le dernier mouvement visait à réclamer le respect en intégral des engagements financiers pris par le gouvernement à l’issue de la première mutinerie là où certains  d’entre eux avaient consenti à renoncer à une partie de l’argent à eux promis à savoir 7 millions FCFA sur 12. L’Etat a versé en janvier à chacun de ces soldats la somme de 5 millions FCFA, rappelle-t-on.

Après quatre jours de perturbations, un accord a été conclu lundi avec ces mutins jusque là gardé secret par le gouvernement. Un conseil des ministres tenu mercredi a fait le point de cette période de trouble au cours de la quelle quatre morts ont été notamment déplorés.

Le porte-parole du gouvernement a informé de ce que le chef de l’Etat a demandé au ministère de l’Intérieur et de la Sécurité de produire un rapport sur ces événements qui sera établi par région à travers les préfets. « Le rapport devra présenter le point des dégâts matériels, pillages et  destructions de biens matériels. A la suite de ce rapport le gouvernement décidera de la conduite à tenir éventuellement », a-t-il expliqué.

(AIP)

kg/fmo




Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Offres d'emploi du jour