Retrait de licence à Comium : L'accès des locaux de l'entreprise refusé aux employés


Photo © Bosson Honoré / Fraternité Matin
  • Source: fratmat.info
  • Date: lun. 11 avr. 2016
  • Visites: 3348
  • Commentaires: 0

Après le départ de leurs dirigeants le samedi dernier, les employés de l’entreprise de la téléphonie mobile Comium se sont vus refuser l’accès à leurs locaux. Pourtant, disent-ils, le délai de fermeture de la société décidé par le gouvernement court jusqu’au 30 avril.

Les travailleurs étaient tous rassemblés devant le siège sis à Marcory, ce lundi 11 avril, face à la police qui leur refusait l’accès. « Nous n’avons pas d’autres mots à dire. Seulement que nous avons reçu l’ordre de veiller sur la fermeture pour cette journée », explique un policier qui dit avoir reçu l’ordre du commissariat du district de Marcory.

Désemparés, les agents expriment leur mécontentement face au comportement du gouvernement qu’il juge « anormal ». « La Côte d’Ivoire est un pays corrompu. Voilà des personnes qui viennent dans un pays qui font des transferts de fonds depuis 2009. Ils font sortir de l’argent sans investir sur place et sans que personne ne bronche. Moi qui vous parle, j’étais dans le centre de décision. On faisait un chiffre d’affaires de près de 4 milliards Fcfa/an. Toutes ces personnes que vous voyez, se sont battues pour cette société. Et des gens qui ont pillé la société, on les laisse partir aussi facilement alors qu’ils ont été prévenus. C’est moi qui ai déposé la lettre chez le procureur », s’insurge M. Radji. Il salue au passage le collectif qui a permis à ce que l’entreprise leur paie d’avance le salaire du mois d’avril « ce qui va nous permettre de souffler au moins un peu ».

Pour sa part, Mamadou Ouédraogo, chef du département radio de Comium Côte d’Ivoire et interface entre la structure et l’Artci, le ministre Bruno Koné avait signifié qu’il n’y aura pas de renvoi d’employés, le quatrième opérateur allait les employer et aussi récupérer les équipements des trois opérateurs mineurs (Comium, Greeen, Café mobile). « Nous nous retrouverons finalement  avec trois opérateurs. Et il est clair que le quatrième qui va venirne pourra pas activer son réseau avant deux ans minimum. Donc avant deux ans, nous nous retrouvons avec trois opérateurs. Nous étions, pour les populations, les moins nantis des opérateurs. Notre réseau affichait les tarifs les plus bas, les enquêtes de l’Artci l'ont démontrées », poursuit-t-il...

Lire la suite sur fratmat.info




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour