A 3 mois des élections présidentielles / Ouattara : « J'ai le devoir de protéger les institutions » - « Aucune entrave ne devra perturber le scrutin » - « J'ai demandé au gouvernement de prendre des mesures »


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: mar. 11 août 2015
  • Visites: 1645
  • Commentaires: 0
Dans son adresse à la Nation à l'occasion de la célébration du 55ème anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire, le président de la République, Alassane Ouattara, a fait un tour d'horizon de la situation socio-politique du pays en présentant son bilan de gestion, non sans se prononcer sur les élections présidentielles à venir.

Ivoiriennes, Ivoiriens, mes chers compatriotes,

Notre pays célèbre le 55ème anniversaire de son accession à l'indépendance. Il y a 55 ans, la Côte d'Ivoire s'est engagée, à l'orée de son indépendance, sur le chemin de l'unité de tous ses enfants, pour les encourager à cultiver la paix et leur garantir la prospérité. En ce jour anniversaire de notre indépendance, je voudrais rendre un vibrant hommage au père fondateur de la Nation ivoirienne, le président Félix Houphouët-Boigny, ainsi qu'à tous ses compagnons, qui ont mené et gagné le juste combat qui nous a valu la liberté et fondé les bases de notre développement. Certes, les aléas de l'histoire ont semblé entraver cette grande marche en avant vers la modernité. En effet, nous avons vécu récemment une triste tragédie, qui demeurera dans notre conscience collective. Mais, le destin des grandes nations est de surmonter les grandes épreuves. La Côte d'Ivoire a retrouvé son élan. Sur tous les plans, elle fait montre d'une exceptionnelle vitalité. Je suis convaincu qu'avec le temps, la Côte d'Ivoire tournera définitivement la page de cette crise. En effet, la cohésion sociale se raffermit grâce à notre volonté commune et au travail de la justice. Nos populations vivent ensemble, en paix, dans toutes les contrées du pays. Nous avons eu l'occasion de le constater à travers nos différentes visites d'Etat.

Mes chers compatriotes,

Dès ma prise de fonction en mai 2011, avec toute mon équipe et grâce au soutien permanent et aux conseils de mon ainé, le président Henri Konan Bédié, je me suis attelé aux tâches prioritaires que sont le retour de la paix et de la sécurité, la recherche de la cohésion nationale, la réconciliation, la relance économique, et le retour de la Côte d'Ivoire sur la scène internationale. Ces actions ont, en commun, un même but : l'amélioration des conditions de vie de nos compatriotes. La cohésion nationale, surtout quand elle a été à ce point mise à mal, requiert un travail de longue haleine, fait d'abnégation et de tolérance mutuelle. C'est pour cette raison, que nous avons mis en place, dès les premiers moments de mon mandat, une commission chargée de faire la lumière sur la grave crise que notre pays a connue, afin que plus jamais la Côte d'Ivoire ne connaisse un tel drame. Pour aider au processus de cicatrisation des blessures physiques et morales de la crise que nous avons traversée, nous avons donné la parole aux victimes et à leurs proches, afin qu'ils puissent s'exprimer sur ce qu'ils ont enduré et qu'ils se sentent entendus. Comme je m'y étais engagé, mon gouvernement a diligenté une enquête pour situer les responsabilités sur les milliers de vies perdues pendant cet épisode tragique de notre histoire.

Chers frères, chers sœurs,

Je suis très attentif à tout ce qui peut favoriser la réconciliation des cœurs que chacun appelle de ses vœux. A cet égard, le mardi 4 août dernier, j'ai tenu à présider personnellement la cérémonie officielle du début d'indemnisation des victimes des crises successives que notre pays a connues. Lors de cette émouvante cérémonie, les victimes ou leurs ayants-droit ont appelé massivement au Pardon, à « tourner la page noire de la crise post-électorale et à ouvrir la page blanche de l'émergence de la Côte d'Ivoire unie ». Je voudrais leur redire qu'elles ne seront pas oubliées. C'est une exigence morale à laquelle la Nation ne saurait se soustraire.

Mes chers compatriotes, quand on sait les défis auxquels nous avons eus à faire face dès 2011 pour ramener la paix et la sécurité, je suis fier du chemin que nous avons parcouru, ensemble, en si peu de temps. En seulement 4 ans, la Côte d'Ivoire a retrouvé la paix et chaque habitant de notre beau pays peut vaquer librement à ses occupations. La Côte d'Ivoire est de nouveau un pays où il fait bon vivre, un pays où règne un climat de sécurité. De ce fait, nous avons pu redéployer notre administration sur toute l'étendue du territoire,  afin que nos compatriotes qui se trouvent dans les zones les plus reculées du pays puissent également bénéficier de l'ensemble des services publics. Cette paix retrouvée l'a été grâce aux efforts de toutes nos forces de défense et de sécurité. Ce sont elles qui continuent de veiller, pour tenir loin de nos frontières les nouvelles formes de menaces et consolider cette paix qui nous est si chère. Je voudrais, à nouveau, leur rendre un vibrant hommage.

Mes chers compatriotes,

Dans notre ambition de faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent, notre action a deux piliers essentiels:

  1. L'amélioration du quotidien de chaque Ivoirien,
  2. Le développement des infrastructures de notre pays.

Le bien-être de tous les Ivoiriens est au cœur de notre action. Le rêve que nous chérissons chaque jour est de voir notre peuple épanoui et jouissant de bons services de santé; notre jeunesse accéder à une éducation ainsi qu'à une formation de qualité avec les moyens modernes.

Ivoiriennes, ivoiriens, l'éducation constitue la base de l'épanouissement de chaque Ivoirien. Elle offre à nos enfants des connaissances et les aide à développer leurs talents. Elle renforce leur personnalité et leur identité, permettant ainsi de perpétuer la transmission des valeurs de notre Nation. L'éducation fait de nos enfants de meilleurs citoyens et de meilleurs contributeurs au développement de notre pays. C'est pourquoi nous avons fait de l'éducation pour tous, une grande priorité nationale. Les investissements dans la construction de plus de 12.000 classes primaires, 159 collèges ainsi que les réformes de notre système éducatif, concourent à cette priorité. C'est un devoir pour la Nation de préparer nos enfants aux défis des temps modernes. Et c'est désormais une obligation pour chaque parent de scolariser ses enfants. Nous avons travaillé à mettre aux normes notre système de santé. De gros efforts financiers ont été consentis afin de réhabiliter nos centres hospitaliers universitaires et régionaux. D'importants moyens ont été dégagés pour ouvrir l'hôpital général de Gagnoa et l'hôpital général d'Adjamé, achever les travaux de l'hôpital Moscatti de Yamoussoukro, relancer les travaux de l'hôpital d'Angré en finition, financer un pôle mère-enfant à l'hôpital saint Jean-Baptiste de Bodo et enfin ouvrir le nouveau service des urgences, avec un plateau technique de très haut niveau au CHU de Cocody. Nous avons construit et réhabilité de nombreux centres de santé afin de permettre à nos concitoyens d'avoir un meilleur accès aux services de santé et améliorer les conditions de travail des professionnels de santé. La couverture maladie universelle (CMU), lancée en décembre 2014, va permettre, à terme, à tous les Ivoiriens de bénéficier d'une prise en charge partielle ou totale de leurs soins de santé. À ces actions, il faut ajouter les financements consentis afin de construire des centres de traitements des maladies contagieuses. C'est ainsi que nous avons pu, à ce jour, protéger tous nos compatriotes de l'épidémie de la maladie à virus Ebola. Je voudrais saisir cette opportunité pour féliciter l'ensemble du personnel médical pour le travail et les résultats obtenus, notamment dans la lutte contre cette pandémie.

Mes chers compatriotes,

Parce que nous savons que l'amélioration de vos conditions de vie ne peut pas attendre plus longtemps, nous avons agi pour augmenter vos revenus. Nos fonctionnaires perçoivent de meilleurs salaires, grâce au déblocage effectif à ce jour. Le Smig a été revalorisé, passant ainsi de 36.600 F CFA à 60.000 F CFA, soit une augmentation de plus de 60%. Les réformes dans le secteur agricole et l'augmentation régulière du prix bord champ de la grande majorité de nos produits agricoles ont contribué à augmenter considérablement les revenus de nos parents paysans, leur permettant ainsi de mieux vivre du fruit de leur labeur. Ainsi, les revenus de nos parents paysans se sont élevés à plus de 5000 milliards de F CFA au cours de la dernière campagne agricole. Quant à nos dynamiques femmes, un fonds de microfinances de 8 milliards de F CFA leur est désormais consacré pour financer leurs activités génératrices de revenus. Nous nous consacrons vigoureusement à l'insertion socio-professionnelle des jeunes. Déjà, plus de 1.300.000 emplois ont été créés, notamment en milieu rural. Nous avons récemment rationalisé nos instruments d'action en faveur de l'emploi des jeunes, par la mise en place d'un nouveau ministère et d'une Agence, guichet unique pour l'emploi. Par ailleurs, le regroupement des ressources allouées au soutien de l'emploi des jeunes garantira une meilleure efficacité de l'action gouvernementale dans ce secteur.

Mes chers compatriotes,

Nous voulons que vous soyez encore plus nombreux à bénéficier des richesses et des fruits de la croissance de notre pays. La réalisation de nos ambitions pour notre pays passe par la construction d'infrastructures nécessaires au développement de notre économie et au bien-être de nos populations. Ainsi, nous avons très tôt entrepris d'investir dans la construction et la réhabilitation d'infrastructures sur l'ensemble du territoire ivoirien. L'Autoroute du Nord, le pont Henri Konan Bédié, l'échangeur de la Riviera 2, le boulevard de France redressé, les ponts de Bouaflé, Jacqueville, Béoumi, Bassawa, pour ne citer que ceux-là, en sont la parfaite illustration. Grâce aux travaux effectués sur notre réseau routier national, les transporteurs peuvent rallier plus facilement leurs destinations, et les produits vivriers et de rente peuvent être acheminés plus rapidement vers les marchés pour le bonheur de nos paysans et des femmes vivant du commerce de produits vivriers.

Ivoiriennes et Ivoiriens,

Grâce à nos décisions et nos investissements, 83% des localités de notre pays ont maintenant accès à l'eau potable. La pénibilité de la corvée d'eau est allégée pour des millions de femmes et d'enfants dans nos villes et villages. De plus, nous avons enregistré dans ces localités, un net recul des maladies liées à l'eau non potable. Nous avons raccordé plus d'un millier de localités au réseau électrique national. Les populations de ces localités peuvent goûter à la modernité, et de nouvelles opportunités d'activités économiques s'offrent à elles. Notre ambition est de faire en sorte que chaque village de plus de cinq cent habitants ait accès à l'électricité. Bien que nous ayons augmenté notre capacité énergétique de près de 40% au cours de ces quatre dernières années, la forte croissance économique a généré une demande plus importante en électricité. Nous travaillons donc à accroître notre capacité de production tout en diversifiant les sources d'énergie. Notre ambition est de faire du sud-ouest de la Côte d'Ivoire, le nouveau pôle de production d'électricité de notre pays, en raison de son fort potentiel hydraulique. En plus du barrage de Soubré, nous construiro (...)



Lire la suite sur L'Inter


CHU de Cocody Félix Houphouët-Boigny Henri Konan Bédié Alassane Ouattara Côte d'Ivoire Adjamé Gagnoa Yamoussoukro Riviera Béoumi Jacqueville Soubré France Ebola présidentielle réconciliation gouvernement CMU emplois électricité Autoroute du Nord indépendance élections ivoiriens fonctionnaires



Educarriere sur Facebook