1ère édition de l'Afterwork du RSGCom : la ministre Nassénéba Touré appelle la gent masculine à s'impliquer davantage dans la lutte contre les violences basées sur le genre

  • Source: CICG
  • Date: vend. 01 déc. 2023
  • Visites: 838
  • Commentaires: 0
Abidjan, le 1er décembre 2023 – La ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfant, Nassénéba Touré, a appelé les hommes et les garçons à davantage s'impliquer dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), ce jeudi 30 novembre 2023 à Abidjan-Plateau, à l'occasion de la première édition de l'Afterwork du Réseau des Services Gouvernementaux de Communication (RSGCom). C'était en présence de la Directrice du CICG, Awa Dosso, des agents du Système des Nations Unies (SNU) et des responsables de communication des Ministères de l'État de Côte d'Ivoire.

Cette rencontre, à l'initiative du CICG, se tient dans le cadre des 16 jours d'activisme contre les VBG. Les échanges ont porté sur la thématique de la promotion du genre et l'autonomisation des femmes.

« La question des violences basées sur le genre a une répercussion énorme sur la communauté, la société et le pays (…) Nous appelons les hommes et les garçons à s'impliquer dans ce combat pour une Côte d'Ivoire plus juste et plus égalitaire où la justice sociale est une réalité », a déclaré la ministre de la Femme.

Nassénéba Touré a également invité les femmes à la solidarité féminine pour « l'existence d'une masculinité positive ». « C'est un combat que nous ne pourrons jamais remporter sans les hommes », a-t-elle reconnu, relevant que les avancées notables que connaît la Côte d'Ivoire sont dues à l'engagement du Président Alassane Ouattara. « Il a été le premier Président africain à être décoré Avocat des femmes », a-t-elle souligné.

Ces avancées se situent entre autres, au niveau politique et législatif, avec l'adoption de nouvelles lois, aussi l'existence d'une ligne verte (1308) pour prévenir et dénoncer les cas de VBG.

A en croire la ministre, de façon globale, la Côte d'Ivoire, avec l'appui des agences du SNU, a connu un taux de réduction de 20% des VBG, avant l'année 2020. Elle a indiqué un taux de 0% de pratique des mutilations génitales féminines dans le département de Dabakala (région du Hambol, Centre nord), qui en enregistrait une forte pratique. Notons également que 84 plateformes de lutte contre les VBG ont été installées sur toute l'étendue du territoire, et 33 bureaux d'accueil genre dans des commissariats et brigades de gendarmerie.

Par ailleurs, Nassénéba Touré a félicité la Directrice du CICG pour cette belle action qui démontre de sa volonté de prendre une part importante dans la lutte contre les VBG.

Awa Dosso, pour sa part, a indiqué que la rencontre avec les RSGCom visait à mettre en place un cadre d'échanges et de discussions, et un réseau d'ambassadeurs des questions du genre au sein des Ministères.

CICG




Côte d'Ivoire sociale lutte Abidjan communication État sein femmes 2023 Alassane Ouattara jeu Famille Plateau Dabakala Gouvernement gendarmerie CICG



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour