Santé : Le DG de l'INHP fait des révélations sur la dernière intoxication alimentaire survenu à Kpapékou


Pr Bénié Bi, Directeur général de l'INHP
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 12 mai 2023
  • Visites: 773
  • Commentaires: 0
Un repas familial préparé dans le cadre des funérailles a fait 5 victimes dont un mort le 5 mai 2023 à Kpapekou, village situé à 11 Km de Gagnoa, sur l'axe Gagnoa-Ouragahio.

Dans un point de presse jeudi, Professeur Benié Bi Vroh Joseph, directeur de l'Institut national de l'Hygiène publique (Inhp) est revenu sur ce drame ayant occasionné un mort.

Un repas de funérailles à l'origine du drame

Le directeur de l'INHP a fait le point de la situation suite aux cas de Toxi-infection alimentaire collective (TIAC) survenus à Kpapékou, village situé à 11 Km de Gagnoa, sur l'axe Gagnoa-Ouragahio. À cet effet, il a fait savoir qu'il s'agit de cinq membres d'une famille (une mère et ses quatre enfants) qui ''auraient mangé ensemble dans un même plat du riz à la sauce graine, de la viande et de la bouillie de mil. Le lendemain de la prise de ce repas, chacun d'entre eux a présenté des douleurs abdominales et de la diarrhée à la suite desquelles un lavement à base de kaolin leur aurait été administré".

Les victimes prises en charge gratuitement

Suite à cela, ils ont tous été admis à l'hôpital et pris en charge gratuitement, seulement, une d'entre elles âgée de 8 ans a malheureusement perdu la vie. Il a également indiqué qu'aucun autre cas n'a été signalé dans cette communauté suite à la consommation de ce repas qui a été préparé dans le cadre des funérailles.

Origine de la Toxi-infection

Selon le professeur Bénié, "la toxi-infection alimentaire est due à l'ingestion récente d'aliments ou d'eau contenant des bactéries, des parasites, des virus, des poisons ou des métaux lourds tels que le plomb ou le mercure. Elle est souvent liée à la consommation d'aliment inhabituel ou suspect, des aliments avariés, des plantes ou des champignons vénéneux, mais aussi à la consommation des produits agricoles contaminés (engrais, pesticides et autres désherbants)".

Elle se manifeste le plus souvent par des maux de ventre, la diarrhée, la nausée, les vomissements, la fièvre, des maux de tête, la fatigue, etc.

« Elle se manifeste le plus souvent par des maux de ventre, la diarrhée, la nausée, les vomissements, la fièvre, des maux de tête, la fatigue, etc. En général, une intoxication alimentaire touche plusieurs personnes ayant partagé le même repas », a expliqué le directeur de l'Inhp, précisant que ces intoxications alimentaires collectives surviennent surtout en zone rurale et elles constituent des urgences de santé publique nécessitant une investigation épidémiologique immédiate et une prompte riposte.

442 personnes touchées par la Toxi-infection de 2009 à 2022

Il a aussi donné quelques statistiques concernant cette maladie. Selon lui, la Côte d'Ivoire fait face à de nombreux cas de TIAC entraînant des cas de maladies graves avec hospitalisation et malheureusement parfois des décès qui déciment des familles entières laissant leurs proches dans le désarroi total.

« Ainsi, de 2009 à 2022, soit en 13 ans, 442 personnes ont présenté une TIAC au cours d'une trentaine d'épisodes dans une vingtaine de districts sanitaires. Tous ces événements ont provoqué 50 décès, soit une létalité de 14,8%. Depuis le début de l'année 2023, 5 épisodes de TIAC ont été détecté (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


village Côte d'Ivoire consommation don riz agricole 2023 jeu Gagnoa INHP intoxication alimentaire santé




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour