Braquage de la BCEAO par Gbagbo / Philippe Henry Dacoury-Teably dévoile tout : « Le vrai braquage de la BCEAO a eu lieu en 2003 »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: dim. 14 août 2022
  • Visites: 1476
  • Commentaires: 0
Le rebondissement dans l'affaire du braquage de la BCEAO a délié les langues. Celle surtout de l'ancien gouverneur de cette institution, Philippe Henry Dacoury-Tabley qui livré sa part de vérité à travers les réseaux sociaux.

L'ancien gouverneur de la Bceao du temps de Laurent Gbagbo au pouvoir, Philippe Henry Dacoury-Tabley est sorti de son silence. Dans une publication sur les réseaux sociaux, il révélé toutes les circonstances qui ont entouré la réquisition de l'agence principale de la Bceao-Côte d'Ivoire en 2011

Récit de Philippe Henry Dacoury-Tabley, ancien gouverneur de la Bceao

Dans l'affaire du « braquage » de la BCEAO, le Président Gbagbo et le Ministre Justin KONÉ KATINAN ont été condamnés, par défaut itératif, à 20 ans de prison ferme, le mardi 29 octobre 2019 après une première audience tenue le jeudi 18 janvier 2019. Leurs co-accusés dans cette même affaire, le Premier Ministre Aké NGBO et le Ministre Désiré DALLO, condamnés à la même peine, ont par la suite bénéficié de l'amnistie du 6 août 2018. On aura remarqué la concomitance de ce procès et de ces condamnations avec l'acquittement du Président GBAGBO par la CPI, à La Haye, le 15 janvier 2019.

On constate que tous les procès intentés par le régime Ouattara contre ses opposants ont toujours été couverts de larges zones d'ombre. Si bien que de nombreuses ONG des droits de l'Homme et de simples observateurs n'ont pas hésité à parler de règlement de comptes et de justice des vainqueurs. Mais, sur ce registre, ce procès du « braquage de la BCEAO » remporte la palme d'or, en ce sens qu'il s'est déroulé dans une totale obscurité d'où on a fait fuir la vérité, pour donner libre cours au mensonge, à la médisance et à la calomnie.

Aucun délit

Ce procès, qui foule aux pieds le bon sens et la vérité, est l'exemple même du dévoiement de la Justice et de l'institution judiciaire, au service non pas de la Paix et de la cohésion nationale, mais utilisées comme un instrument de répression pour réduire et museler l'opposition, en vue du maintien au pouvoir, vaille que vaille, d'une coterie de prédateurs et de malfaisants. Ce procès, beaucoup plus que ceux, tout aussi iniques, qui l'ont précédé, a véritablement couvert de honte ses commanditaires et exécuteurs.

En réalité ce procès n'aurait jamais dû avoir lieu, pour la simple raison que le délit n'est pas constitué. En effet, la BCEAO n'a jamais été braquée en 2011 et encore moins par le Président Gbagbo et ces trois co-accusés. Observons qu'on nous a parlé à profusion du « braquage », mais rien n'a jamais été dit sur le mode opératoire des « braqueurs. » Comment les prétendus voleurs s'y sont-ils pris pour dévaliser l'Agence Principale de la BCEAO sis à Abidjan Plateau? L'Accusation est curieusement évasive sur ce sujet, de la même façon qu'elle fait preuve d'une grande discrétion sur les montants dérobés. Mais la réalité la plus déroutante est que la Banque Centrale n'a jamais porté plainte après ce « braquage. » Mieux, avant le procès, la BCEAO et les banques commerciales, que le pouvoir a tenté d'embarquer dans ce coup tordu, ont fait connaître, par écrit, qu'elles n'ont subi aucun préjudice de la part de qui que ce soit.

Pour ce qui concerne la Banque Centrale, cette affirmation est corroborée par les vérifications et audits effectués, dès 2011, successivement par le contrôle de la Bceao, le trésor français et un cabinet d'audit international. Tous ces contrôle et vérifications de compte ont conclu que les comptes sont exacts et rien n'a été dérobé à la banque centrale. Au demeurant, c'est ce qui est reflété dans les comptes et résultats de l'exercice 2011 de la banque.

Le vrai braquage

Le vrai braquage de la BCEAO a eu lieu en 2003 et a concerné principalement les agences de Bouaké et Man. Malgré les plaintes de la Banque, les auteurs de ces forfaits, quoique connus, courent toujours et ont aujourd'hui pignon sur rue en Côte d'Ivoire.

La réalité est donc là, plus têtue que jamais: en 2011, la BCEAO et les banques primaires n'ont subi aucun dommage financier de la part du Président Gbagbo et de ses anciens collaborateurs, Aké NGBO, Désiré DALLO et Justin KATINAN. Ce constat était évident dès le départ pour qui regarde les choses avec objectivité, bon sens et surtout avec honnêteté.

les nouvelles autorités de la BCEAO ont immédiatement décrété la fermeture de toutes les agences de la Banque Centrale en Côte d'Ivoire

On se souvient que le Gouverneur d'alors de la Banque Centrale, Monsieur Philippe-Henri DACOURY-TABLEY, en total désaccord avec la volonté, anti statutaire, des Chefs d'Etat de l'UEMOA d'immiscer la BCEAO dans la politique intérieure d'un État membre de l'UNION, en l'occurrence la Côte d'Ivoire, avait démissionné de ses fonctions en janvier 2011. Le lendemain de son départ de la Banque, les nouvelles autorités de la BCEAO ont immédiatement décrété la fermeture de toutes les agences de la Banque Centrale en Côte d'Ivoire, en vue d'assécher le liquide dans le pays, étouffer financièrement l'économie ivoirienne et provoquer ainsi la chute du Président Gbagbo.

La réquisition de la banque

Réagissant à cette mesures injustes et illégale de la conférence des chefs d'Etat de l'Union monétaire Ouest Africaine (UEMOA), le gouvernement du président Gbagbo a décrété un ordre de réquisition de la Bceao en Côte d'Ivoire pour empêcher l'effondrement de l'économie ivoirienne et assurer les salaires et des fonctionnaires et des autres travailleurs.

C'est dans le cadre de l'exécution de ce décret de réquisition que le ministre Justin Katinan, s'est rendu à l'agence principal de la Bceao, en compagnie d'une équipe d'huissiers et d'un représentant du procureur de la République. Ce groupe est entré sans effraction dans les locaux de la banque, en présence du personnel. Il s'agissait pour le ministre, agissant pour le compte de l'Etat, de conduire un certain nombre de diligences, préalablement au passage de la direction nationale de la Bceao sous la responsabilité des autorités ivoiriennes :

1-Procéder à un état des lieux

2-Faire le point des activités de la banque

3-Connaitre la situation exacte des disponibilités

4-S'assurer que les services de la banque continueront de fonctionner pour l'approvisionnement des banques commerciales en liquidité et la bonne conduite des opérations de compensation

5- Rassurer le personnel et l'encourager à demeurer à la tâche

Avant de se retirer de la Banque, le Ministre KATINAN a eu, dans la salle de conférence, une rencontre avec le personnel. Il a ainsi expliqué à son auditoire le bien-fondé de la réquisition en réponse à « l'acte d'agression des autorit&e (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Banque Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo Ouattara Abidjan Plateau Bouaké La Haye CPI BCEAO UEMOA gouvernement procès opposition fonctionnaires ivoirien




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour