Vidéo-verbalisation : 3 millions d'infractions enregistrées à Abidjan à fin avril

  • Source: APA
  • Date: lun. 20 juin 2022
  • Visites: 405
  • Commentaires: 0

Quelque 3 millions d'infractions ont été enregistrées par video-verbalisation, à fin avril 2022, dans le Grand Abidjan dont 50% de contraventions, a dit vendredi le directeur général de Quipux Afrique, M. Ibrahima Koné.

Faisant le point sur la video-verbalisation, lancée officiellement en septembre 2021, M. Ibrahima Koné, a précisé lors d'une rencontre organisée par l'Union nationale des blogueurs de Côte d'Ivoire (UNBCI) que 3 millions d'infractions ont été capturées à fin avril 2022, dont 50% liées à la contravention.

"Ce sont 200 à 250 millions FCFA que nous recouvrons par mois" mais "l'objectif est le changement de comportement" des citoyens, a déclaré M. Ibrahima Koné, ajoutant que "l'État n'a pas voulu qu'on fasse une course aux amendes".  

Selon M. Ibrahima Koné, le recouvrement suite aux infractions notifiées est "entre 10 et 20% là où la France est à 30%". Il a rappelé que dans le Grande Abidjan, la vitesse est de 60 km/heure et en agglomération 70km/heure.

La vidéo-verbalisation est prévue s'étendre sur les zones accidentogènes et d'autres axes principaux routiers, mais pour le moment la couverture est au niveau du grand Abidjan, a-t-il noté, se félicitant d'une baisse du taux d'accident de 43% l'année dernière. 

Il a fait remarquer que les véhicules plaques jaunes sont vidéo verbalisés et les contraventions sont notifiées au Bureau de gestion des véhicules administratifs (BGVA). Et ce, conformément aux dispositions légales en vigueur.

Les infractions observées sont, entre autres, les plaques d'immatriculation défectueuses et le non respect des feux de signalisation. Il a indiqué que lorsqu'un véhicule est cédé, il y a un délai de 15 jours pour la mutation et celui qui cède doit rendre la carte grise inutilisable en marquant sur celle-ci «cédé».

Au regard du bilan, aujourd'hui, M. Koné estime que "la prise de conscience est faite". Il a souligné que l'amende forfaitaire sur la vitesse est de 2000 FCFA, alors que le téléphone au volant est facturé à 10 000 Fcfa.

Il a mentionné que, sans visite technique valable, une amande transactionnelle de 25 à 50 000 est appliquée et la sanction peut conduire à la mise en fourrière du véhicule, tout en admettant que "sur le degré de fiabilité, nous avons eu le temps à travailler à stabiliser chaque composante de la solution".

Selon M. Ibrahima Koné, son entreprise a mobilisé récemment 10 milliards de FCFA dans le cadre de la poursuite de ses activités sur le territoire national. Après une phase pilote, la video-verbalisation a été lancée en septembre 2021 par les autorités ivoiriennes. 

 

AP/ls/APA




téléphone Côte d'Ivoire Abidjan France Afrique accident vidéo-verbalisation ivoirien



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour