Réseaux sociaux : L'OIDH dénonce les violences contre les femmes engagées en politique

  • Source: Educarriere
  • Date: jeu. 07 avr. 2022
  • Visites: 740
  • Commentaires: 0

La Côte d'Ivoire a enregistré une prééminence des violences en ligne à l'égard des femmes engagées en politique, de la période allant du 1er août 2021 au 28 février 2022. C'est le rapport fait ce jeudi 07 avril par l'Observatoire ivoirien des droits de l'homme (Oidh), au cours d'une conférence de presse animée à son siège à la Riviera Palmeraie. Aidé par ses partenaires, le National endowment for democracy (NED) et le National democratic institute (NDI), l'Oidh a basé son activité de monitoring sur le réseau social Facebook. Pour ce faire, selon la juriste Dakouri Kadja Sely, qui a présenté le rapport, 146 pages, groupes (public et privé) et comptes actifs Facebook ont été répertoriés. « L'issue du monitoring mettent en exergue une prévalence des violences en ligne à l'égard des femmes engagées en politique », a fait savoir Dakouri Kadja. Au total, l'Oidh a identifié 332 cas de violences en ligne. Des violences qui ont visé 17 femmes engagées en politique.

 

Violences psychologiques

 

3 principales formes de violence ont été recensés. « Il s'agit des violences psychologiques, sexuelles et sémiotiques. Avec 94% des cas répertoriés, les violences psychologiques se sont caractérisées par une diversité d'attaques dont les plus récurrentes ont été celles visant les facultés intellectuelles, mentales et le physique ainsi que les injures sexistes et les diabolisations », ajoutera Mme Dakouri.

S'agissant de la désinformation, 12 cas liés au processus politique provenant de 87 plateformes de discussions ont également été répertoriés par l'Oidh. « S'inscrivant dans un contexte relativement apaisé, les cas de désinformation liés au processus politique ont porté majoritairement sur les péripéties marquant le retour de Laurent Gbagbo sur la scène politique », a souligné la conférencière.

Pour atténuer les impacts des violences en ligne contre les femmes engagées en politique, l'Oidh recommande, entre autres, la sensibilisation sur les méfaits de la violence à l'égard des femmes en politique, la formation des acteurs étatiques et le grand public aux problèmes des violences contre les femmes en politique, l'application effective de la loi sur la représentativité des femmes dans les assemblées élues, etc.

 

Raphaël Tanoh




Laurent Gbagbo Côte d'Ivoire Riviera Facebook information ivoirien



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour