Interdiction meeting du FPI : Damana Pickass dénonce une ''machination''

  • Source: APA
  • Date: dim. 16 mai 2021
  • Visites: 1195
  • Commentaires: 0
Damana Pickass, vice-président du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), a dénoncé samedi une "machination" à la suite de l'interdiction par le préfet d'Abidjan du meeting du parti à Port-Bouët relatif au retour de Laurent Gbagbo.

"A l'analyse des faits, tout ceci relève d'une machination savamment orchestrée à l'effet d'empêcher la tenue du meeting de la paix et de la réconciliation nationale", a déclaré M. Damana Pickass, lors d'un point de presse. 

Ce meeting, en faveur de la paix et de la réconciliation nationale était prévu se tenir le samedi 15 mai 2021 au stade de Gonzagueville, à Port-Bouët, cité balnéaire dans le Sud d'Abidjan. Et ce, dans l'optique du retour de Laurent Gbagbo

M. Damana Pickass, rentré récemment d'exil du Ghana, après 10 ans, est le président de la Commission mobilisation du Grand-Abidjan pour le retour de l'ex-président Laurent Gbagbo.  

Selon M. Damana, le maire de Port-Bouët, a autorisé le meeting, mais "contre toute attente, le préfet du Département d'Abidjan a interdit le meeting" de la paix et de la réconciliation nationale pour le retour de Gbagbo par arrêté le 14 mai 2021. 

"Cette interdiction a été notifiée au Secrétaire général de la Fédération FPI de Port-Bouët, le vendredi 14 mai 2021 à 23 heures 48 minutes par Whatsap", a fait observer M. Damana.

Citant le texte d'interdiction, il a dit que "cette décision prise dans l'urgence, selon l'arrêté (du préfet du Département d'Abidjan) serait dans le but d'éviter des risques d'affrontements et de troubles à l'ordre public".

"Dans les préparatifs de ce meeting, des individus se réclamant d'une association de victimes et prétextant détenir une autorisation d'occupation du même site à la même date et à la même heure, se sont présentés sur les lieux de la manifestation, dans la nuit du vendredi 14 mai 2021 aux environs de 20 heures", a-t-il ajouté.

 Poursuivant, il a déclaré qu'ils avaient "des intentions manifestes de saccager les installations en cours". En outre, "invités par la police, à présenter ladite autorisation, ces derniers ont été incapables de le faire. Ils ont donc été évacués des lieux par les forces de l'ordre".& (...)

Lire la suite sur APA


Laurent Gbagbo Front populaire ivoirien FPI Abidjan Port-Bouët Ghana réconciliation police opposition affrontement




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour